BREAKING NEWS

[2]

France - Quimperlé, une entrée dans le Finistère

 Voilà un nom de ville qui désigne quelque chose de concret : en breton, "Kemper Ellé" signifie "confluence de la rivière Ellé". Nous sommes bien à l'endroit où deux rivières se rejoignent, l'Ellé et l'Isole, à une cinquantaine de kilomètres à l'Est de Quimper. Elle est ancienne cette ville, puisque son existence est attestée dès l'Antiquité. Elle connut de nombreuses péripéties, comme sa destruction par les Vikings au IXème siècle, avant de retrouver une prospérité de ville marchande jusqu'au XIXème : exportation de grains, importation de vins ou d'épices par exemple. Partons découvrir cette petite ville divisée en partie basse, autour des ruines de l'église Saint-Colomban, et en partie haute, centre commerçant, autour de l'église Notre-Dame. 


Quimperlé - maison des Archers
La célèbre maison des Archers est certainament la maison la plus célèbre du vieux Quimperlé, dans sa partie basse. Construite sur cinq niveaux et haute de trois étages, elle remonte au XVIème siècle ; ses poutres en bois sont magnifiques. Elle fut durant longtemps la résidence d'une famille de notaires durant tout le XVIIème siècle. 


Commençons par la partie haute, autour de la place Saint-Michel. La haut de la ville est dominé par un édifice religieux massif, l'église Notre-Dame de l'Assomption, surmontée de sa tour carrée haute de 35 mètres. Elle fut édifiée dès le XIIIème siècle dans le style gothique primitif, avant de subir des dommages irrémédiables. Au XIVème siècle, une vaste campagne de restauration peut débuter grâce au pape Urbain VI qui accorde une indulgence aux bienfaiteurs qui donneront de l'argent pour l'édifice. Le style gothique devient flamboyant. Seuls les murs nord et sud de la nef ont été conservé de la période initiale, tout le reste a été refait. 


Quimperlé église Notre Dame
L'église Notre-Dame est située au point culminant de la ville, à proximité de la place Saint-Michel, nommée ainsi car il existait aussi une église Saint-Michel, détruite depuis après être tombée en ruines.


Depuis l'église, il suffit de descendre les ruelles pour rejoindre rapidement la partie basse de la ville, qui possède, vous verrez, de beaux monuments et des maisons médiévales. 


En route pour la partie basse.

Et nous voici dans la partie basse ! 



Vous arriverez vite près de la jolie chapelle Saint-David, qui est l'ancienne église tréviale. 


On appelle trève, en Bretagne, une succursale de la paroisse, un peu l'équivalent d'un quartier. Dans les chapelles tréviales, les habitants de la paroisse offrent un service religieux minimum, sans pour autant qu'en desservant, c'est-à-dire un curé, soit affecté à demeure. Ce n'est pas le cas pour l'église, qui a un curé en permanence, et dont le logement et les repas sont fournis par les paroissiens. C'est à partir de la Révolution française, et plus tard au XIXème siècle, que la plupart des églises et chapelles tréviales sont devenues paroissiales, tandis que les trèves devenaient des communes. 

Cette chapelle Saint-David est, depuis son origine, entourée de son cimetière. La nef remonte au XVIème siècle, tandis que le transept et le choeur ont été reconstruits au XIXème. 


Quimperlé vieilles maisons
De jolies maisons parfaitement restaurées apportent beaucoup de charme à la visite de Quimperlé. 


Vous franchissez ensuite la rivière, occasion d'une belle vue sur les maisons qui longent l'eau, avant d'arriver aux halles, un marché couvert conçu en 1886 par les frères Moreau, et qui furent implantées à la place d'un ensemble de vieilles demeures qui menaçaient de tomber en ruines. Mais, détériorées à leur tour, les halles furent démontées pour être remontées à l'identique en 2001. 


halles de Quimperlé
Les halles sur fond de l'abbatiale de Sainte-Croix.

Quimperlé
Un air de petit canal.




Juste derrière les halles, voici le plus vaste monument de la ville, l'abbatiale Sainte-Croix. Il s'agit d'une des deux seules églises de Bretagne à posséder un plan circulaire, calqué sur celui de l'église du Saint-Sépulcre à Jérusalem. En plus du cercle, l'église est en forme de croix grecque. Si certains éléments du XIème siècle demeurent encore, dans le plus pur style roman, comme la crypte ou le chevet, l'abbatiale a malheureusement subi de gros dégâts en 1862 lorsque le clocher s'est effondré. La choeur, aujourd'hui surélevé, date de la restauration. 


édifice bénédictin de Sainte-Croix Quimperlé
Le bel édifice bénédictin de Sainte-Croix et sa forme circulaire.


A l'intérieur, deux choses surtout sont à ne pas manquer : 
- un grand retable de pierre (photo ci-dessous à gauche), dans le bras ouest. Il est en pierre calcaire et fut commandé au XVIème siècle dans le plus pur style Renaissance : il relate des scènes bibliques avec, au centre, un Christ de l'Apocalypse entouré de quatre anges. Ses dimensions de 8,5 mètres sur 5.5 de hauteur en font une pièce imposante.
- le groupe sculpté de la mise au tombeau (ci-dessous à droite) datant de la fin du XVème siècle et représentant dix statues qui proviennent de la chapelle des Dominicains de Quimperlé. L'oeuvre a échappé à la destruction du bâtiment après la Révolution. 


grand retable de pierre Quimperlé
grand retable de pierre

mise au Tombeau Quimperlé
la mise au Tombeau



Juste après l'église, voici le pont Lovignon, ou pont fleuri, qui remonte au XVIIème siècle et qui a constitué pendant très longtemps l'unique lieu de passage entre Quimperlé et Vannes. 


pont Lovignon Quimperlé
le joli pont Lovignon




A deux pas de là, voici les ruines de l'ancienne église paroissiale Saint-Colomban, datant du XIème siècle et plusieurs fois remaniée. Elle mesurait 36 mètres de longueur avec une vaste nef, mais fut laissée à l'abandon après 1792, lorsque Sainte-Croix lui fut préférée. Il ne reste que le pignon Ouest, avec son porche roman arrondi du XIème siècle et une large fenêtre gothique du XVème siècle. 



Ruines de Saint-Colomban Quimperlé
Ruines de Saint-Colomban.

Ruelle de la vieille ville près de Sainte-Croix. 



Il suffira de remonter ensuite vers la ville haute en passant par de jolies ruelles avec leurs maisons à colombage. 







[full_width]
France - Quimperlé, une entrée dans le Finistère France - Quimperlé, une entrée dans le Finistère Reviewed by RENOULT on 30 novembre Rating: 5

Aucun commentaire: