BREAKING NEWS

[5]

Featured

Ads Header

Italie - les temples grecs de Paestum



Paestum est le seul vestige grec de la région de Campanie. Appelée Poséidonia à l’époque, en l’honneur du Dieu de la Mer Poséidon, elle fut fondée au VIème siècle av. JC puis conquise par les Romains. La zone archéologique invite les visiteurs à découvrir trois temples grecs parmi les plus beaux qu’il soit. Ils n’ont rien à envier au Parthénon athénien ou à ceux d’Agrigente en Sicile…

temple de Neptune

les caractéristiques d’un temple grec

Les temples grecs de Paestum sont extraordinairement bien conservés. Ils nous permettent donc de retrouver facilement les différents éléments qui constituent un temple grec. D’abord, il ne faut pas se fier à la couleur pierre actuelle : les temples étaient colorés, mais la peinture n’a pas survécu aux siècles écoulés. Si l’on observe un temple grec de face, on peut observer un tel plan : le fronton abritait de grandes scènes sculptées, dont beaucoup ont malheureusement disparu. La frise aussi servait de support à des scènes sculptées, qui prenaient place sur les métopes. Entre deux panneaux de métopes, la scène était coupée par trois barres verticales en stuc : le triglyphe. Quant à la colonne, qui soutient l’ensemble de l’édifice, elle a beaucoup évolué au fil du temps, s’amincissant et étant de plus en plus chargée de motifs de décoration (feuilles d’acanthe, végétation…). Les colonnes des temples de Paestum sont du style le plus ancien, et ressemblent à celles représentées sur ce schéma : on l’appelle le style dorique.



La cella est la pièce principale d’un temple, entourée d’un ensemble de colonnes ajouré, que l’on pouvait emprunter en marchant : le péristyle. La cella donnait dans la pièce sanctuaire du temple : l’opisthodome, qui contenait la statue de la divinité que le temple honorait. 



le temple de Cérès

Ce temple fut construit vers 500 av. JC. Avec ses 6 colonnes en façade et ses 14 sur les côtés longs, il possède des proportions admirables. On observe les restes des deux frontons.


1
2
3

1 - vue générale du temple

2 - Sur cette vue, on distingue la frise composée des triglyphes et des métopes, l’architrave et les colonnes, d’ordre dorique.
3 - Vue de la façade occidentale du temple de Cérès. Les chapiteaux des colonnades doriques sont ornés de couronnes de feuilles en relief, à l’origine de deux couleurs alternées, rouge et bleu.

le temple de Neptune

Ce temple est le mieux conservé de tous les temples grecs parvenus jusqu’à nous. Les archéologues l’ont nommé temple de Poséidon car ils estimaient que le plus gros temple de la ville devait nécessairement être dédié à la divinité qui lui avait donné son nom (Poseidonia).


1
2

1 -  Détail de la colonnade. Le temple possède 6 colonnes en façade et 13 sur les côtés longs. Elles font 9 mètres de hauteur et sont légèrement rétrécies au sommet. 24 cannelures visent à alléger leur profil. On distingue aussi assez bien les entailles horizontales qui montrent que les colonnes étaient montées en « rondelles ».

2 - Détail de la frise. Le parfait état de conservation du temple de Neptune permet d’observer les détails : sous les triglyphes, de petites gouttes cylindriques pendent pour ajouter à l’ornementation. En guise de corniche, sur le dessus, un élément horizontal en saillie est lui aussi décoré de gouttes disposées sur trois files, qui étaient insérées dans la pierre. Seuls les trous sont visibles.

Les chercheurs ne savent toujours pas à qui était réellement dédié ce temple : on a longtemps pensé à Héra puis à Zeus, mais les études récentes laissent à penser que ce pourrait être Apollon, l’heureux élu.

la Basilique

On attribua le nom de Basilique à ce temple au XVIIIème siècle car l’absence des deux frontons et le grand nombre de colonnes sur les côtés fit penser qu’il s’agissait d’un édifice civil et non religieux. La réalité est tout autre : c’est le plus ancien temple de Paestum, puisqu’il fut construit au VIème siècle av. JC.


reste du site

La voie sacrée nord-sud, pavée, est très bien conservée.

Le musée de Paestum possède une des plus célèbres peintures funéraire au monde : la tombe du plongeur. Incroyable exemple puisque nous avons conservé les quatre côtés de la tombe ainsi que le dessus. L’athlète s’apprête à plonger dans l’eau, certainement un symbole du passage vers l’au-delà. Sur les autres côtés les fresques représentent un symposion, un banquet durant lequel les convives sont allongés et se prélassent en mangeant et buvant. 

autres vues de la tombe du plongeur, ainsi que d’autres sarcophages...


[full_width]
Italie - les temples grecs de Paestum Italie - les temples grecs de Paestum Reviewed by RENOULT on 06 février Rating: 5

Aucun commentaire: