BREAKING NEWS

[5]

Espagne - Ségovie la millénaire


Classée au patrimoine mondial de l'humanité, Ségovie a tout pour plaire : une situation remarquable sur un promontoire rocheux, et un riche patrimoine faisant voyager le visiteur dans le temps : on pense avant tout à son aqueduc romain, un des plus beaux conservés au monde, devenu l'emblème de la ville. Un peu plus tard, c'est le Moyen-Age qui laisse des traces avec les fortifications défensives qui l'entourent, mais aussi le spectaculaire Alcazar, le château dominant la vallée. Il y a également de nombreuses églises romanes, et une grande cathédrale. Bref, de quoi occuper une bonne journée pour prendre la mesure de cette cité importante. 

aqueduc Ségovie
L'aqueduc de Ségovie en est également son emblème. C'est un des mieux conservés au monde, et il est vraiment impressionnant ! 


 Sommaire
  • petite histoire ici
  • aqueduc ici
  • cathédrale ici
  • Alcazar ici
  • reste de la ville ici




Petite histoire

Le site de Ségovie est habité depuis fort longtemps : des archéologues ont retrouvé des vestiges néandertaliens 60 000 ans en arrière, presque au niveau des falaises surmontées de nos jours par l'Alcazar. Les Romains ont déboulé dans la péninsule ibérique vers 220 avant notre ère, et Ségovie était déjà à l'époque considérée comme une place-forte permettant, à plus de 1000 mètres d'altitude, de surveiller la région. La romanisation va se faire progressivement. C'est de cette époque, au premier siècle, que date le magnifique aqueduc. Son histoire sera ensuite mouvementée, passant aux mains des arabes, abandonnée ensuite, et retrouvant de la splendeur au Moyen-Age.


Ségovie vue générale
Vue générale de la ville depuis le mirador de Lastrilla, en arrivant à l'Est. On se rend bien compte de la position en hauteur de la cité. L'édifice le plus important est la cathédrale. Sur la droite, au bout du promontoire, le château Alcazar. Enfin, toute la vieille ville est ceinte de murailles.



L'aqueduc romain

Avouons-le : on vient surtout pour lui ! L'aqueduc est un monument emblématique de l'époque romaine, largement déployé dans tout l'Empire. Celui de Ségovie est remarquablement conservé. Il permet d'acheminer facilement l'eau en ville, car avant sa construction, c'était une véritable corvée ! Le problème de construire sur un promontoire rocheux est qu'il n'y a pas d'eau, et qu'il faut aller la chercher au pied de l'éperon, dans des rivières ou des sources, avant de tout remonter. L'aqueduc change la donne : on apporte la denrée précieuse directement depuis la rivière Fendrai à 17 kilomètres de là. 

aqueduc de Ségovie
Vue de l'aqueduc en arrivant depuis l'Est. Il mesure 613 mètres de longueur avec ses 166 arcs sur deux niveaux. Bien entendu, il y a une légère pente de 1% afin de faciliter l'écoulement de l'eau venue de la rivière. 

Nous sommes à l'époque de transition entre les empereurs Trajan et Hadrien. L'édification de l'aqueduc est alors ordonnée,  sur une longueur de 15 kilomètres. Le côté fascinant de l'ouvrage, c'est que tous les blocs de granit ont été assemblés sans aucun mortier, ils tiennent juste grâce à l'équilibre des forces ! Et cela depuis 2000 ans... aujourd'hui, après avoir survécu à tant de siècles et servi à amener l'eau tout ce temps, il est en péril, à cause de la pollution notamment (les voitures circulaient sous les arches jusqu'en 1992). 

Sans vouloir faire injure aux architectes romains, il existe une autre histoire au sujet de cet aqueduc... qui fait intervenir le Diable en personne, allons bon ! On raconte qu'une jeune fille faisait chaque jour l'aller retour au sommet d'une montagne, jusqu'à une source, pour en ramener un pichet plein d'eau. Usée par cette quotidienne besogne, elle demanda un jour au Diable de lui faciliter la tâche. Il a bien voulu lui construire un aqueduc en faisant un pari : s'il réussissait le tour de force d'achever l'ouvrage en moins d'une nuit, avant que le coq ne chante, alors la jeune fille devait lui céder son âme. Les travaux avancèrent vite comme on s'en doute, mais, au moment même où le Diable allait placer la dernière pierre, le coq chanta ! L'aqueduc diabolique donc, et non romain, pouvait être utilisé...

aqueduc de Ségovie
Partie centrale de l'aqueduc : on notre au centre, au niveau du pilier supérieur, une petite niche contenant une statue de la Vierge : la niche, d'après la légende rapportée plus haut, était l'emplacement de la dernière pierre que le Diable n'eut pas le loisir de poser. Bon, les Romains vous diraient, eux, que sa niche abritait à l'époque une statue du héros Hercule...

La formation du mot "aqueduc" est simple : c'est un ouvrage qui conduit ("duco") de l'eau ("aqua"). Même si les Hommes ont inventé des canalisations pour conduire l'eau depuis des millénaires, ce sont vraiment les Romains qui ont développé et imaginé les plus grands ouvrages. Le principe est simple, la réalisation beaucoup plus difficile : on se sert de la gravité pour acheminer l'eau en donnant un léger dénivelé. Ca se complique aux abords des collines, qu'il faut soit contourner, soit creuser. Dans une vallée, il faut construire un pont : le cas le plus fameux est le Pont du Gard. 


la cathédrale


Changement d'époque, changement de décor : le Moyen-Age avec l'édification de la belle cathédrale, la dernière de style gothique construite en Espagne, avec également des éléments Renaissance. Nous sommes effectivement au XVIème siècle, à une période charnière de l'Art, durant le règne de Charles Quint. Ségovie est florissante grâce au commerce de la laine et de la draperie. Dès lors, il fallait remplacer l'ancienne cathédrale romane. Il en résulta un nouvel édifice en partie gothique tardif, en partie Renaissance, ce nouveau mouvement venu d'Italie. 

cathédrale de Ségovie
façade de la cathédrale de Ségovie, construite en forme de croix latine. Le clocher de 88 mètres de hauteur est surmonté d'une coupole. Le cloître se trouve à son pied. 

cathédrale Ségovie
nef principale de la cathédrale : 33 mètres de hauteur pour 100 mètres de longueur ; on voit bien la marque du gothique, avec les voûtes d'ogives, et les arcs-boutants le long des murs de la nef.

Croisée des transepts
Cloître en gothique flamboyant

Vue du cloître

La cathédrale vue depuis le sommet de l'Alcazar.



Alcazar

C'est le château qui se trouve au bout du promontoire rocheux. L'emplacement stratégique n'était pas passé inaperçu auprès des Romains qui bâtirent ici un castrum défensif. On a en effet retrouvé les mêmes pierres utilisées pour l'aqueduc. Sur ce bâtiment antique, on édifia ensuite une forteresse hispano-musulmane au XIIème siècle. Durant le Moyen-Age, l'Alcazar devint une résidence appréciée des rois de Castille, et l'intérieur fut aménagé en ce sens : salles richement décorées par exemple. 

Alcazar Segovia
Arrivée sur le château, dont l'élément le plus spectaculaire est la Tour de Juan II, carrée et surmontée d'une terrasse panoramique. Elle servit à l'origine de salle d'armes, puis comme prison. Il était d'ailleurs impossible de s'en échapper, étant donné l'épaisseur des murs. Les prisonniers étaient de haut rang, et jouissaient donc d'un certain confort dans leurs cellules : tapis, meubles...


Vue depuis la terrasse de la tour de l'Hommage à quatre tourelles.

La tour de Juan II


Les intérieurs furent donc richement décorés, et lors de la visite, on passe par des salles successives qui valent surtout pour leurs plafonds ! Levez la tête, vous verrez c'est pas mal... 

salle des gardes Alcazar Segovie
La belle salle de la galère, qui tire son nom de l'ancien plafond à caissons qui avait la forme d'une coque de navire renversée. Elle date du XVème siècle. La frise en plâtre qui court autour est mudéjar. Au fond, la grande fresque met en scène Isabelle la Catholique lors de son couronnement en tant que reine de Castille et de Leon dans une église de Ségovie.  
salle du trone Alcazar Segovie
La salle des Rois met en avant des statues dans la frise, chacune représentant un roi des Asturies, de Leon et de Castille. 


Cour intérieure du château

salle d'armurerie

plafond mudéjar de la salle du trône

couronnement d'Isabelle la Catholique

plafond de la salle de la galère

Salle du Cordon
chapelle
plafond de la chapelle



Autres lieux



Vue sur la ville
Plaza Major
Eglise de San Martin
Torreon de Lozoya



[full_width]
Espagne - Ségovie la millénaire Espagne - Ségovie la millénaire Reviewed by RENOULT on 02 mars Rating: 5

Aucun commentaire: