BREAKING NEWS

[5]

France - les souterrains de Doué-la-Fontaine


La commune de Doué-la-Fontaine, dans le Maine-et-Loir, attire beaucoup de visiteurs pour son parc zoologique de grande qualité. Mais d'autres secrets moins visibles se cachent dans son sous-sol, truffé de carrières : le monde insoupçonné des faluns, ces dépôts calcaires déposés là il y a 10 millions d'années, alors que la mer occupait la région. De nombreuses carrières se sont installées dans les environs, et certaines se visitent. C'est le cas des Mystères des Faluns, notre premier arrêt, qui mise sur une scénographie moderne pour expliquer aux visiteurs l'histoire de cette roche. Deuxième arrêt, à quelques kilomètres au village troglodytique de Rochemenier, dont la visite très pédagogique vous occupera une heure trente. Retour sur Doué enfin pour visiter un site curieux : les grottes et sarcophages, une carrière qui a servi d'extraction de sarcophages à l'époque mérovingienne. 


Rochemenier village
Une des cours intérieures du village troglodytique de Rochemenier, entièrement creusé dans le falun.



emplacement mer des Faluns
Cette région truffée de grottes et de carrières doit son existence à une ancienne mer, dite des Faluns, qui s'étendait ici il y a environ 10 à 12 millions d'années, durant le Miocène. L'eau était peu profonde, car sur le plateau continental et séparait deux régions : le bassin parisien à l'est et la Bretagne à l'ouest, surélevée sur son massif Armoricain. Au Miocène donc, la Bretagne était une île ! Doué-la-Fontaine était située sur une bordure de cette mer, au niveau de golfe, et de ce fait, recevait par les courants énormément de sédiments qui se sont accumulé sur plusieurs dizaines de mètres de hauteur. Ces sédiments calcaires sont d'origine biodétritique, c'est-à-dire qu'ils sont constitués des coquilles de millions d'animaux fossilisés. Cette roche friable a ensuite ici largement utilisée pour les constructions et, plus surprenant, comme on le verra plus tard, pour des centaines de sarcophages ! 


Mystères  des Faluns

C'est le site le plus connu dans la région pour visiter d'anciennes carrières de falun. La présentation est moderne et basée sur une scénographie mettant le visiteur au coeur de cette ancienne mer. Un petit film introductif permet de bien expliquer où nous sommes : au fond d'une mer peu profonde avec donc une colonne liquide de plusieurs dizaines de mètres au-dessus de nos têtes, et toute la faune associée : poissons, requins, bryozoaires, mollusques, méduses etc... 

Entrée du site des Mystères des Faluns, aux Perrières : on voit bien les falaises de calcaire, emplies de fossiles.

C'est donc une promenade didactique pour expliquer à la fois la formation de cet étonnant paysage, mais aussi l'histoire des Hommes qui l'ont façonné par la suite. Car cette roche a été abondamment utilisée, que ce soit pour se créer des caves pour le vin, pour cultiver des champignons, en pour extraire des matériaux de construction. C'est ici aux Perrières que les cavités sont les plus hautes, 15 à 20 mètres. 

Cavités : notez la hauteur impressionnante des parois !

Ici, aux Perrières, l'extraction s'est déroulée à partir du XVIIIème siècle. Chaque bloc était découpé et remonté à la verticale par des treuils. Après la fin de l'exploitation (ô béton mon beau béton...), plusieurs carrières servirent d'habitations. Les gens ont tiré parti des propriétés particulières du falun, qui est une roche poreuse, et donc résistant particulièrement bien au gel tout en empêchant les remontées d'eau par capillarité. La température est constante toute l'année, environ 12 degrés. Il suffisait d'ajouter une cheminée. Certains se sont même essayé à la culture de champignons, sans trop de succès car la température naturelle est trop basse, et il est préférable de préférer le tuffeau au falun.



Des méduses sont là pour rappeler qu'elles habitaient ici il y a 12 millions d'années
Un travailleur surgit du falun.


Le village de Rochemenier


A quelques kilomètres au nord de Doué, voici une visite très sympa de deux fermes troglodytiques de plaine, dont la découverte vous permettra de vous plonger dans l'ambiance de l'époque, car tous les objets utilisés par les habitants dans leurs tâches quotidiennes ont été savamment conservés et mis en valeur. Nous avons adoré cet endroit, tout comme les enfants, car c'est très instructif. 
En fait, quand on arrive à Rochemenier, avec sa jolie petite église (voir en-dessous), on ne s'imagine pas que c'est un tel gruyère sous les pieds : 250 salles réparties sur quarante fermes ! Toutes ces salles ont été creusées au fil du temps et de l'accroissement de la population, depuis le XIIIème siècle jusqu'au XIXeme. A la surface se trouvaient les champs cultivés, et sous terre les habitants.



église Rochemenier
église Sainte-Madeleine de Louresse, du XIIIème siècle
église Rochemenier
C'est une chapelle seigneuriale. Le sol est composé de pierres tombales.


Une chambre du village de Rochemenier

De nombreuses pièces se visitent à Rochemenier, toutes plus intéressantes les unes que les autres. Voici une chambre qui fut utilisée jusqu'au début du siècle dernier. Les habitants ont creusé une fenêtre donnant vers l'extérieur et la cheminée juste à côté, afin de permettre un courant d'air nécessaire à un bon tirage. 

On trouve même une chapelle ! 

La partie la plus ancienne de la ferme souterraine est une curieuse chapelle qui fut aménagée en lieu et place d'anciennes carrières du XIIIème siècle. Il y a en son centre un puits de lumière vers l'extérieur, qui constituait l'unique point d'extraction des blocs de falun. Au XVIème siècle, en pleines guerres de Religion, l'église du village fut incendiée et c'est vraisemblablement à cette époque que la carrière fut aménagée en chapelle. La salle a une forme de croix et on relève des niches dans les parois pour y accueillir des statues.



ferme Rochemenier
Les fermes sont reliées par plusieurs cours extérieures.
ferme Rochemenier
Autre pièce avec tout le matériel laissé en place. 


Même les animaux étaient sous terre, dans plusieurs étables troglodytes. On pouvait également trouver des salles à manger, une cave pour faire et entreposer le vin, une salle de veillée commune dont le sol, couvert de paille, permettait de se réunir au coin du feu pour bavarder... 


Troglodytes et sarcophages


Ce fut notre troisième et dernier arrêt souterrain, et peut-être le plus intéressant tant le guide fut extra. Il s'agit d'un site assez incroyable (il est classé monument historique) dans la mesure ou les carrières de falun furent ici utilisées il y a 1500 ans pour extraire des sarcophages mérovingiens ! Par la suite, les cavités servirent de refuge aux habitants lors des invasions normandes et vikings. Un beau lieu d'histoire, donc, qui complétera parfaitement la découverte de Doué.


Habitation troglodytique.
Pigeonnier dans la falaise. L'époque est médiévale.

A première vue, rien ne semble distinguer ce site d'autres lieux troglodytiques de la région. Nous sommes dans du falun, toujours des cavités et des habitations. Mais l'historien Michel Cousin, qui a fouillé le site, est tombé sur bien autre chose en dégageant les nombreux gravats qui envahissaient les couloirs : un site mérovingien unique ! 

des sarcophages en attente
des sarcophages en attente

En effet, cet historien et spéléologue à ses heures est tombé sur un site d'extraction de sarcophages ! Avec de nombreuses pièces restées en état, comme si les carriers étaient partis momentanément mais allaient revenir... On estime que 25 000 pièces sont sorties de terre à cette époque ! Et tous les gestes ancestraux ont été retrouvés : les historiens sont capables de reproduire la technique qui a permis de sortir ces mastodontes verticalement. On a même retrouvé des anneaux de pierre dans les différents angles des parois qui servaient à y attacher des cordes afin de hisser les sarcophages ! 

On devine bien les sarcophages taillés dans le falun.


Quelques temps plus tard, durant les guerres de religion, les habitants ont fui cette sombre période dangereuse en pratiquant la technique de l'enterrement, en utilisant ces carrières par exemple pour s'enfermer et se protéger des ennemis. Depuis Saumur, les habitants sont venus pour semer les Normands et ont donc dû aménager les lieux : construction de silos pour conserver les vivres, création de portes solides et de tunnels étroits menant à l'extérieur. Ces tunnels ne permettaient qu'à une seule personne, donc à un seul ennemi, d'avancer jusqu'à eux. Il suffisait de placer un gardien armé à l'arrivée pour rendre la place inexpugnable. 


Doué la fontaine sarcophages
échelle que l'on sortait en cas d'attaque 
Doué la fontaine sarcophages
 la barre en bois vient d'accrocher dans un système de crochet 


Vous découvrirez même durant votre visite une chapelle de style romano-gothique, unique dans la région. Par la suite, comme tant d'endroits dans la région, les cavités servirent à autre chose, pour d'autres circonstances. Au XIXème siècle, les paysans devinrent des carriers pour extraire les roches nécessaires à la construction des villages. Un vigneron du coin a même installé son pressoir dans une des salles. Autrement dit, les cavités ont accueilli diverses activités durant plus d'un millénaires ! 

La chapelle romano-gothique


Extraction des blocs de falun.
Pressoir à vin du XIXème siècle.

[full_width]
France - les souterrains de Doué-la-Fontaine France - les souterrains de Doué-la-Fontaine Reviewed by RENOULT on 04 novembre Rating: 5

Aucun commentaire: