BREAKING NEWS

[5]

Featured

Ads Header

Etats-Unis - Sequoia National Park, Californie


Le Sequoia National Park est un des plus célèbres parcs californiens, en plein coeur de la Sierra Nevada. Créé en 1890, il protège, avec le Kings Canyon national Park qui le jouxte au nord, plus de 1600 km² de montagnes et de forêts, de canyons et de prairies humides. C’est à l’Est de ce parc que se trouve le mont Whitney, le plus haut sommet américain hors Alaska. Mais venir ici, c’est bien entendu aller à la rencontre des végétaux parmi les plus fascinants de la planète, les fameux séquoias multi-millénaires pour certains, à côté de qui vous ferez bien pâle figure… Cinq des dix plus grands arbres de la planète se trouvent ici ! La forêt, menacée chaque année par des incendies de plus en plus virulents, couvre 90 000 hectares. D’innombrables sentiers de randonnées vous permettront des circuits pour tous les goûts, avec pourquoi pas, comme ce fut le cas pour nous, une rencontre avec un ours noir pour pimenter la visite. Et partout cet émerveillement devant ces géants de la forêt.

Les alentours de Crescent Meadows, une délicate prairie humide, sont propices à la découverte de beaux spécimens.

la zone à chaparral de l’entrée Sud

L’arrivée à Sequoia Park se fait le plus souvent par le Sud, c’est-à-dire depuis Los Angeles. La route s’élève progressivement en lacets pour parvenir à l’entrée principale Sud, à une altitude de 500 mètres environ, sous une chaleur accablante en été. Les contreforts de la Sierra Nevada sont très riches : flore variée, composée d’une végétation dite chaparral, maquis de type méditerranéen essentiellement composé de chênes et de plantes tolérantes à une longue sécheresse. Ce n’est que bien plus haut que l’on rencontrera les pins Ponderosa, de Jeffrey et, bien entendu, les fameux séquoias. Dans cette zone chaparral, vous aurez déjà la possibilité de voir plein de choses, avec des arrêts au fil de la montée.

La zone basse du parc n’en n’est pas moins inintéressante : écrasée par le soleil en été, avec plus de 40°C, la végétation doit surmonter de longs mois de sécheresse.


1
2
3

1 - panneau signalant l’entrée Sud du parc
2 - comme toujours, le Visitor Center est pédagogique et extrêmement bien fait, avec des expositions et de nombreux panneaux explicatifs
3 - une curiosité en cours de route

le Moro Rock

Randonnée très courue, la montée à Moro Rock s’effectue après avoir pris une navette obligatoire en été, qui serpente parmi les arbres de la forêt. Compter 30 minutes de grimpette, par des escaliers pentus. Deux ou trois passages assez vertigineux mais récompense assurée. Moro Rock est un magnifique dôme de granite en bordure de la forêt des Géants, et dominant la vallée de la San Joaquin. Une belle falaise de 300 mètres, où nichent des faucons pèlerins, offre une vue magistrale sur la partie Est du parc. Le côté spectaculaire de la petite rando réside dans les marches du dôme, creusé en 1931, en essayant le plus possible de ne pas dénaturer le site, donc en creusant les marches directement dans le rocher. On en dénombre 400 pour arriver au sommet.

Les dômes de granite sont très fréquents dans la Sierra Nevada, et sont à leur plus belle expression au Yosemite plus au Nord. Ils se forment par exfoliation, ou écaillage, avec des plaques qui partent les unes après les autres.

 le dôme du Moro Rock pris lors de la montée vers la forêt des Géants

la magnifique vue dégagée sur une partie du parc




La plupart des montagnes et canyons de la Sierra Nevada sont formés de roches granitiques, créées lorsque de la roche en fusion a refroidi profondément sous terre. Cette roche est le résultat d’un phénomène appelé subduction, mis en place au Crétacé, il y a 100 millions d’années. Le granite est constellé de divers minéraux lui donnant l’aspect poivre et sel : quartz, feldspaths et micas. Les géologues sont d’accord sur un point : la Sierra Nevada est relativement jeune, moins de 10 millions d’années, et continue à s’élever. Durant cette période, quatre ères de glaciation se sont succédé, et les montagnes ont à chaque fois été recouvertes d’un épais manteau de glace. De nos jours, seuls quelques petits glaciers demeurent sur les plus hauts sommets, et constituent les plus septentrionaux de l’Amérique du Nord. Ce sont ces glaciers qui ont forgé le paysage que l’on rencontre : pics escarpés, dômes, vallées suspendues, lacs, cascades ou canyons. A noter aussi l’existence dans de petites sections du parc d’autres roches métamorphiques, comme le marbre, qui est un calcaire métamorphosé, et qui contiennent de nombreuses grottes, dont la plus fameuse est Crystal Cave.

de Crescent Meadow à General Sherman

Voilà une extraordinaire randonnée, de niveau facile, qui vous prendra 2 heures environ. Prendre la navette pour Moro Rock mais descendre à l’arrêt Crescent Meadow. Vous pourrez alors rejoindre, généralement loin des foules, le séquoia du General Sherman, en deux heures de marche, sans dénivelé quasiment. Le parcours est magnifique et sauvage, et vous aurez peut-être ici, plus qu’ailleurs, la possibilité de tomber sur un ours noir.

Crescent Meadow fut visité par le célèbre John Muir lors de son exploration de la région : il surnomma l’endroit « le joyau de la Sierra »…

Crescent Meadow est une prairie humide en forme de… croissant, comme son nom l’indique, encerclée de beaux séquoias. Il existe plusieurs petites prairies sur le parcours, et si vous voulez un conseil, il faut passer du temps à les scruter car les ours adorent s’y reposer ! Beaucoup de fleurs également.

qui était John Muir ?  John Muir, né en Ecosse, est un des premiers protecteurs de l’environnement aux USA, pour lequel il s’est pris de passion. Il a écrit un grand nombre de livres d’aventure relatant son exploration de la Sierra Nevada : il a été le premier à vouloir instaurer une protection de la vallée de Yosemite et a fondé une puissante organisation environnementale, la Sierra Club. Un célèbre chemin de randonnée, le John Muir Trail, parcourt aujourd’hui ces contrées sauvages.


1
2
3

1 - autre vue de Crescent Meadow
2 - Helenium bigelovii - Hélénie de Bigelove
3 - Lilium kelleyanum

faune

On connaît 77 espèces de mammifères dans le parc, et du fait de la très grande variété d’habitats, de 500 m à 4500 mètres d’altitude, on peut croiser beaucoup de rongeurs, tels les innombrables écureuils, ainsi que 17 espèces de chauve-souris. Quant aux oiseaux, ils sont plus de 200 espèces. Mais l’animal le plus emblématique, que tout le monde souhaite voir, est l’ours noir (Ursus americanus). Espèce largement répandue dans toute l’Amérique du Nord jusqu’en Alaska, protégée, on estime sa population à 600 000 individus. Son pelage varie du noir foncé au brun, roux, et même blanc pour certains individus de Colombie Britannique ! Même s’il est omnivore, il préfèrera les végétaux. Tout visiteur dans n’importe quel parc américain sera vite mis au courant de l’attitude à tenir dans le pays des ours. « Be bear aware ! ». A chaque emplacement de camping, une « boîte à ours » permet de cacher le soir tout ce qui a une odeur : alimentation bien sûr mais aussi produits de toilette. Ne rien laisser dans les voitures ! Au risque de voir un ours venir forcer une portière ou une vitre pour pénétrer à l’intérieur. Nous n’en avons rencontrés que deux lors de notre passage à Sequoia, et aucun à Yosemite. Il faut dire qu’ils s’éloignent du bruit et de la foule.

un ourson dans une petite prairie : vous aurez plus de chance de voir des ours en vous éloignant un peu des axes trop fréquentés (pour cette photo nous avions oublié le téléobjectif en voiture, l’erreur de débutant...)

Une femelle de Cerf mulet (Odocoilus hemionus) dans notre camp du soir.


1
2
3

1 - le même ourson que là-haut

2 - un Spermophile à manteau doré (Spermophilus lateralis), petit écureuil terrestre qui adore les forêts de conifères d’altitude.
3 - un autre ours noir adulte à la recherche de racines dans un sombre sous-bois

la forêt des géants

Ne nous en cachons pas, on vient ici pour eux ! Ils ont donné leur nom au parc et sont omniprésents, tous différents, avec même pour les plus beaux et vénérables un petit nom bien à eux : ce sont les séquoias ! L’espèce que l’on trouve dans cette partie de la Sierra est Sequoiadendron giganteum. L’adjectif « géant » est bien approprié puisque ce sont les arbres les plus gros de la planète (pas les plus hauts). Si bien que de simples photographies ne peuvent donner cette impression d’être terrassé par des mastodontes de bois lorsque l’on se met à côté d’eux (d’ailleurs pour un prendre un en photo il faut un sacré grand angle…). La hauteur moyenne de ces végétaux est de 50 à 85 mètres, pour 7 à 8 mètres de diamètre. Le plus ancien connu a 3500 ans environ ! En raison de cette taille hors-norme, le séquoia a dû composer avec une série de techniques et d’adaptations afin de se procurer l’eau nécessaire à sa croissance : la pression osmotique ne permet pas aux molécules d’eau de monter à plus de quelques mètres de hauteur, et l’arbre possède par conséquent un système de ramification capillaire très sophistiqué, ainsi que de petites racines aériennes pour capter l’humidité du brouillard.

à l’ombre des séquoias millénaires

Ces séquoias géants ne poussent qu’ici dans le monde, en bosquets épars, sur une superficie totale de 116 km² seulement ! Le climat doit être humide et enneigé en hiver, même si les étés sont secs. Heureusement, leur épaisse écorce est particulièrement bien adaptée aux nombreux incendies (de nombreux individus gardent les stigmates géants de ces feux à leur base).



Tunnel log : cet arbre de 80 mètres de hauteur est tombé en 1937 de cause naturelle sur une route du parc ; l’année suivante, un tunnel a été creusé pour laisser passer les voitures. On ne passe plus dessous aujourd’hui.

un individu vénérable !

Sequoia Park possède un record, une star : le General Sherman, considéré comme le plus gros arbre de la planète ! Ce n’est ni le plus vieux ni le plus large (les baobabs le sont beaucoup plus), mais celui avec le plus gros volume de bois, 1500 m3 (ce qui équivaut à une baignoire remplie d’eau chaque jour pendant 27 ans) ! Il fait 84 mètres de hauteur pour 31 mètres de circonférence à la base !

Général Sherman vu depuis le bas… à donner le vertige !



[full_width]
Etats-Unis - Sequoia National Park, Californie Etats-Unis - Sequoia National Park, Californie Reviewed by RENOULT on 17 janvier Rating: 5

Aucun commentaire: