BREAKING NEWS

[5]

Featured

Ads Header

Etats-Unis - le parc national de Yosemite, Californie


Yosemite (prononcez Yosemiti), classé au patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco, est un des plus célèbres parcs américains. C’est tout un symbole de la nature sauvage et indomptée, « le plus beau Temple de la nature », selon le naturaliste John Muir. C’est le coeur de la Sierra Nevada, avec 3000 km² protégés, dont 95% sont entièrement sauvages ! Alors bien entendu, si l’on ne peut pas se lancer dans des expéditions de plusieurs jours, on foncera comme les quatre millions de visiteurs annuels dans la vallée proprement dite, un des plus beaux exemples au monde de formation glaciaire, avec ses fameuses murailles de granite, le Half Dome, le Capitan, les cascades, les torrents… Mais le parc, c’est bien au-delà, avec de hauts sommets, des forêts à perte de vue, des prairies humides alpines etc… Sachant qu’il s’étage de 650 m à 4000 m d’altitude, on imagine la richesse de la faune et de la flore. Nous commencerons notre découverte de ce mythe de la nature américaine par le Sud et Glacier Point, avant de rejoindre la vallée pour une rando au pays des cascades. Puis direction le nord-ouest avec Tuolomne Meadows et Tioga Pass. En avant !

Le coeur de Yosemite depuis le promontoire de Glacier Point, pour une vue à couper le souffle sur les deux vallées en U creusées par les glaciers ; au centre, le mythique Half Dome, une des montagnes granitiques les plus célèbres au monde.

La Sierra Nevada s’est soulevée il y a dix millions d’années, et est donc une chaîne jeune, qui continue à grandir. Les montagnes de granite se fragilisent une fois exposées aux éléments et se cassent en exfoliation, c’est-à-dire par couches successives, en pelures d’oignons, ce qui donne la forme caractéristique des dômes. Ce sont surtout les glaciations successives qui ont façonné le paysage : partout dans Yosemite on sent leur présence passée, leur rabotage des roches, les vallées ayant reçu leur actuelle forme de U. Le plus grand était estimé à 95 kilomètres. Aujourd’hui, à part bien entendu la forme des vallées, le visiteur est encore témoin de ces temps révolus : le recul des monstres a laissé des lacs morainiques et de gros blocs erratiques, dont on pourra trouver de merveilleux exemples peu avant de rejoindre Tuolomne Meadows (voir plus bas).

Un bloc abandonné, des dalles striées : des indices imparables pour un géologue, qui voit là le passage ancien d’un glacier, puis son recul (les stries sont créées lorsqu’une pierre, coincée sous le glacier, avance avec lui en raclant le sol). Photo prise à Olmsted Point.

Glacier Point

Si vous arrivez à Yosemite depuis le Sud (Mariposa), alors ne manquez pas la route qui s’élève sur votre droite pour rejoindre Glacier Point ! Elle est assez longue et c’est un aller-retour, mais vous serez gratifiés de la plus belle vue plongeante qui soit sur la vallée et le Half Dome ! On domine le fond de Yosemite de près de 1000 mètres, et c’est aussi un livre de géologie qui s’ouvre à vous.

Half Dome depuis Glacier Point : le point de vue permet de voir le fameux monolithe parfaitement de profil.


1
2
3

1 - Petit camp sur la route de Glacier Point, avec à chaque emplacement la boîte à ours pour y mettre à l’abri nourriture et affaires de toilette.
2 et 3 - autres belles vues sur la vallée

Tunnel View

Depuis l’ouverture de la route en 1933, Tunnel view, juste après un… tunnel, est un des points de vue incontournables de la vallée. Il a toujours attiré beaucoup de visiteurs venus admirer la forme en U de Yosemite, si nette ici. Au premier plan sur la droite, on voit Bridalveil Fall, une haute cascade. Mais ça c’est normalement, car depuis quelques années, la Californie est frappée par des sécheresses à répétition, et les cascades sont déjà à sec au début de l’été… deux mois avant la normale ! Ce fut le cas lors de notre passage début juillet 2014 : la plupart ne coulaient plus ! Les incendies peuvent être une catastrophe dans cette vallée cul-de-sac avec des dizaines de milliers de touristes qui peuvent être bloqués.

Temps couvert depuis Tunnel View (venir en fin d’après-midi sinon contre-jour assuré) : la forêt épouse la forme en U de la vallée, tandis que s’élève à gauche le formidable mur de El Capitan. En plein axe au fond, Half Dome. A droite, on voit la trace noire de la cascade de Bridalveil, quasiment à sec !


1
2

1 - du même endroit mais le matin
2 - Bridalveil Fall quasiment à sec !

le fond de vallée

Une fois le fond de la vallée rejoint, il faut quelques kilomètres le long de la rivière pour rejoindre la village d’où partent de nombreuses randonnées. La rivière Merced s’écoule nonchalamment au pied d’immenses parois de granite qui font de Yosemite un des hauts lieux mondial de l’escalade, avec des voies parmi les plus difficiles. Ce sont des big wall, comme ceux dans El Capitan, paroi d’une verticalité absolue qui ouvre au nord la vallée. Cette montagne est faite d’un seul bloc (un des plus grands monolithes au monde), car ce granite n’a quasiment aucun joint, et est donc très compact, rendant l’escalade quasiment impossible. Il fallut attendre 1958 et… 45 jours d’escalade artificielle pour vaincre la voie qui allait demeurer une des plus mythiques : le Nose (le Nez), qui suit l’éperon principal. La voie Dawn, réputée la plus difficile de la planète, vient d’être vaincue en libre par deux grimpeurs américains en janvier 2015, après plus de 15 jours de grimpe !!

Le majestueux El Capitan, le capitaine, avec la voie mythique du Nose au soleil. 1000 mètres de granite dominent la Merced River qui s’écoule tranquillement.

le calme de la Merced River après la furie de Vernal Falls


1
2

1 - El Capitan
2 - El Capitan le Nose

Vernal et Nevada Falls

Une rando absolument magnifique à faire est celle conduisant aux chutes d’eau de Vernal, puis de Nevada. Le sentier est très fréquenté, mais assez difficile aux abords des chutes, avec des marches raides. Vous empruntez le Mist trail, qui permettra aux plus courageux de continuer vers le John Muir Trail. Compter deux heures aller-retour pour le pied de Vernal, 3 heures AR pour le sommet des chutes, 4 heures AR pour le bas de Nevada et 5 AR pour le haut. Prévoir de l’eau !

la cascade de Vernal est celle qui, malgré la sécheresse, offrira encore de l’eau ! le site est absolument magnifique : au printemps, avec la fonte des neiges, ce doit être dantesque !

La chute de Vernal fait 96 mètres de hauteur. En fin de saison, elle se sépare en plusieurs cascades et ne se jette plus en un seul bloc. En vous approchant vers le bas de la chute, vous serez vite trempés par les projections de l’eau. Et si le coeur vous en dit, continuez la montée : en quinze minutes exténuantes, vous parviendrez au sommet et verrez l’eau se précipiter dans le vide. Les abords sont bien sécurisés. Continuez sur le même chemin pour Nevada Fall, 181 mètres de hauteur, qui surgit de Liberty Cap. Au passage vous longerez la belle piscine naturelle Emerald pool, qui offre un repos à la rivière.

devant Vernal Fall

Nevada Fall


1
2
3
4
5
6
7


1 - en route vers Vernal Fall
2 - les hautes cascades Yosemite sont à sec dès le début de l’été !
3 - approche de Vernal Fall
4 - Vernal Fall depuis le haut
5 - Emerald Pool
6 - la rivière Merced
7 - bas de Vernal Fall

Half Dome

Intéressons-nous un instant à cette figure centrale du parc, visible si majestueusement depuis Glacier Point. Le Half Dome n’a jamais aussi bien porté un nom : la face abrupte du demi-dôme fait 400 mètres mais la montagne s’élève de près de 1500 mètres au-dessus du fond de la vallée ! En réalité, ce n’est pas un dôme qui aurait perdu sa moitié… C’est une fine arête avec deux bords quasiment aussi raides l’un que l’autre. Le sommet reliant les deux faces est plat. Le dôme continue d’être le jouet de l’érosion, et en mars 2009, une énorme écaille de 42000 m3 s’est détachée de la paroi pour se fracasser en déracinant une centaine d’arbres. Inutile de préciser qu’il existe une multitude de voies d’escalade de difficulté extrême. Mais une voie normale de rando permet d’y accéder avec des câbles sur la dernière portion en quelques heures de marche (permis nécessaire).

Un orage gronde sur le Half Dome. Photo prise depuis le fond de la vallée de la Merced River.

Olmsted Point

Si vous souhaitez quitter le parc par le nord-est, une belle route vous attend jusqu’au Tioga Pass, qui marquera la fin de l’aventure. Surtout, la montée permettra de changer progressivement de paysage et d’avoir d’autres points de vue intéressants. C’est le cas d’Olmsted Point, une halte obligatoire pour une vue côté Nord du Half Dome au loin, et surtout pour admirer les dalles et boules de granite de part et d’autre de la route, témoins de l’action passée des glaciers.

on aperçoit le Half Dome à l’arrière-plan


1
2
3

1 - vue rapprochée du Half Dome côté Nord
2 - action des glaciers
3 - une immense dalle rabotée

Tuolomne Meadows et Tioga Pass

Les hautes prairies de Tuolomne Meadows vous accueillent dans la zone subalpine. Nous sommes ici à une altitude de 2600 mètres et plantes comme animaux ont dû s’adapter. Il pleut plus d’un mètre par an et la végétation se nourrit d’eaux souterraines peu profondes, essentiellement issues de la fonte des neiges. Au printemps d’ailleurs, le secteur ressemble à un vaste lac et on ne distingue même plus la rivière Tuolomne serpenter. Durant les brefs beaux jours, les fleurs éclosent et attirent de nombreux insectes, et donc des oiseaux.

La rivière Tuolomne peine à s’écouler à travers les prairies.


1
2


1 - un petit lac juste avant d’arriver à Tuolomne
2 - la rivière Tuolomne

Le dôme Lembert à l’arrière-plan est une destination de randonnée très courue.

En montant davantage, on arrive au stade alpin, qui culmine avec le franchissement du col Tioga, à 3030 mètres, plus haut col routier de Californie, et porte d’entrée Est du parc de Yosemite. Le paysage, et la végétation, sont résolument montagnards, avec beaucoup de fructicées.

Les environs du Tioga Pass.


1
2
3

1 - fleurs des montagnes
2 et 3 - prairies alpines

Etant donné l’immensité du parc et les altitudes variées, on ne sera pas étonné d’apprendre que la faune de Yosemite est riche ! 250 espèces de vertébrés habitent ces zones sauvages qui n’ont pour 95% d’entre elles jamais été touchées par l’Homme. Outre le lynx roux, le puma, le coyote ou le renard gris, on trouve de nombreuses biches, cerfs, écureuils et marmottes. Il n’y a plus aucun grizzli dans la Sierra Nevada depuis un siècle, mais de nombreux ours noirs, que nous n’avons pas vus (trop de monde dans la vallée, il faudrait randonner plus longtemps je pense).

tu me vois je te vois ! Spermophilus beecheyi, l’écureuil terrestre de Californie.

jeune mâle Odocoileus hemionus, le cerf Hemione

Odocoileus hemionus, femelle suivie de deux faons

Spermophilus beldingi, le Spermophile de Belding, creuse des terriers dans les prairies alpines. Il pratique l’infanticide : les parents vont voler et manger ceux des autres !


1
2
3

1 - Turdus migratorius – Merle d’Amérique, femelle
2 - Junco hyemalis – Junco ardoisé
3 - Cyanocitta stelleri - Geai de Steller
[full_width]
Etats-Unis - le parc national de Yosemite, Californie Etats-Unis - le parc national de Yosemite, Californie Reviewed by RENOULT on 16 janvier Rating: 5

Aucun commentaire: