BREAKING NEWS

[5]

France - Angles-sur-l'Anglin et son château

Dominant fièrement la rivière éponyme, le château d'Angles-sur-l'Anglin a encore belle allure. Le site, occupé depuis des milliers d'années, propose une belle histoire. Quant au village, entièrement médiéval, il vous enchantera avec ses petites ruelles tortueuses, ses jolies maisons de caractère et, bien entendu, la forteresse qui, si elle est essentiellement en ruines, propose une visite intéressante, très pédagogique, à l'aide de panneaux explicatifs soignés. 


Angles sur l'Anglin et son château
Vue d'ensemble de la forteresse d'Angles-sur-l'Anglin, qui domine le village depuis de nombreux siècles.



L'éperon rocheux qui domine la rivière est fortifié depuis la fin du Xème siècle. Ce devait être une simple construction défensive en bois, afin de défendre ce passage-clef qui marque la limite entre le Poitou et la Touraine. Le château que l'on visite aujourd'hui possède de nombreux restes très imposants. Il connut une histoire mouvementée (c'est au XVème siècle, comme le reste du village, que le site connut son apogée), durant la guerre de cent ans contre les anglais d'abord, puis, bien plus tard, durant la Renaissance, où il est pris et détruit à plusieurs reprises par les frondeurs puis par les ligueurs. Il deviendra même une carrière publique à la fin de la Révolution. 


château Angles sur l'Anglin
Le massif château d'Angles possède encore de beaux vestiges.

la tour-porte, entrée principale du château


Une fois franchie la porte, nous arrivons face à un bâtiment relativement bien conservé : le corps de logis. Il n'a pas l'aspect sévère des constructions militaires de l'époque. Il fut bâti au XVème siècle afin de servir de logement aux évêques de Poitiers. C'est Hugues de Combarel qui fait construire cet ensemble, et on peut encore voir, au-dessus du porche d'entrée, l'écusson de sa famille, soutenu par deux anges (photo plus bas). Dans ce vaste ensemble habitaient donc le seigneur ainsi que ses invités, sur plusieurs niveaux : au rez-de-chaussée, la grande salle de réception était pourvue d'une cheminée. Une tour dans laquelle les gardes dormaient permettait, par un escalier en colimaçon, d'accéder à d'autres chambres et à un grenier.


château Angles sur l'Anglin
corps de logis, la partie la mieux conservée du château



Mais ce logis, outre sa fonction première de salle de réception afin de décider des grandes actions à mener (déclarations de guerre, préparation à une bataille etc...) servait également de cour de justice afin de régler les différents qui ne manquaient pas d'éclater entre les habitants. Autre utilisation : comme salle de mariage, ou d'adoubement. Enfin, un rôle de trésorerie, car c'est ici qu'on gardait l'argent collecté des impôts. Ce devait donc, étant donné le grand nombre d'usages, être l'endroit le plus agréable et le mieux décoré de la forteresse. 


château Angles sur l'Anglin
blason de la famille, logis principal
château Angles sur l'Anglin
Pièce reconstituée dans le logis.


Comme dans tout bon château médiéval qui se respecte, il y avait un cachot, et celui d'Angles a été conservé. Rendre et appliquer la justice fait partie des prérogatives du Seigneur. Il s'agit de traiter des problèmes survenant entre les habitants des terres. On pouvait, à cette époque, distinguer trois Justices différentes : la haute, la moyenne et la basse. La haute justice permet de juger toutes les affaires et de prononcer la peine capitale (qui doit néanmoins être confirmée par des juges royaux). La justice moyenne traite les bagarres ou les vols. Il ne peut y avoir de mise à mort. La basse justice, enfin, traite des problèmes de finance, du dégât causé sur du bétail, par exemple. C'est dans l'attente de leur jugement que les prévenus passaient par la case cachot, mais c'était temporaire : en effet, les peines de prison à vie n'existaient pas au Moyen-Age, c'était soit une amende, soit la peine de mort, soit la relaxe. 

cachot Angle sur l'Anglin
Souvent les cahots possédaient ce que l'on a appelé des "fillettes", cages de petite taille dans lesquelles les prisonniers ne pouvaient tenir debout. Les cages étaient parfois suspendues dans le vide, ce qui rendait la position encore plus inconfortable. Cette expression de "fillettes du Roi", on la doit au cardinal Jean de la Balue qui fut lui-même enfermé durant deux années dans une de ces cages, à Tours, par le roi Louis XI. Ce dernier a toujours eu une réputation de Roi terrifiant et tortionnaire, ce que les romantiques du XIXème siècle, dont Victor Hugo, n'ont pas manqué d'accentuer, allant jusqu'à déformer la réalité. Si ces cages ont bien été utilisées, c'était assez rare et les "fillettes de Louix XI" étaient en réalité de lourdes chaînes en fer que l'on plaçait aux pieds ou aux mains, voire aux quatre membres, des prisonniers. 



Le donjon constitue le coeur du château, il servait de lien entre les deux vastes cours intérieures de l'édifice. Il était rectangulaire, avec des murs épais sur quatre niveaux. Les restes actuels sont du XVème siècle. Même si le rôle d'un donjon était essentiellement défensif, celui-ci possédait des chambres, des salles communes ainsi qu'une cuisine. C'est ici que l'essentiel des résidents de la forteresse partageaient leur repas. 


donjon Angles sur l'Anglin
Le donjon du château vu depuis le Sud et la cour secondaire. On voit sur le mur, à mi-hauteur, les armes du Roi de France surmontant celles de Combarel, que nous avons évoqué plus haut, et à qui on doit l'agrandissement de l'ensemble au XVème. 

Angles-sur-l'Anglin
Autre vue du donjon depuis le nord cette fois-ci.


Mais bien avant l'époque médiévale, le site d'Angles, au bord de sa rivière, a été un cadre de vie autrement plus ancien ! Le Roc-aux-sorciers, sommet de l'art pariétal, témoigne d'une occupation préhistorique dès le Magdalénien (-14000). Sur la rive gauche de la rivière (photo ci-dessous), un bourg s'est développé autour de la chapelle Sainte-Croix, dès le XIème siècle. Les maisons se sont ensuite étalées sur la rive opposée, sous le château. C'est aujourd'hui un véritable plaisir que de déambuler dans ces ruelles multi-centenaires. 


Angles-sur-l'Anglin
Vue plongeante depuis la forteresse sur une partie du village d'Angles
Rue basse.

un moulin au bord de la rivière
l'Anglin
partie haute du village
ruelle dans la partie basse du village


[full_width]

France - Angles-sur-l'Anglin et son château France - Angles-sur-l'Anglin et son château Reviewed by RENOULT on 23 mars Rating: 5

Aucun commentaire: