Derniers articles

Sicile - les temples grecs de Sélinonte

les temples grecs de Sélinonte

Sélinonte, dans le sud-ouest de la Sicile, fut, au IVème siècle avant notre ère, une des plus puissantes cités grecques de l’île, avec 30 000 habitants environ, sans compter les esclaves. Des splendeurs passées, il reste aujourd'hui un bel ensemble de ruines avec vue sur la mer, dont un immense temple d'Héra. Mais celui que nous avons trouvé le plus spectaculaire est le Temple G, un des plus vastes du monde grec, totalement détruit, mais dont les centaines de rondelles de colonnes jonchent le sol à la manière d'un mikado géant, permettant de se rendre compte de la taille colossale de l'édifice. Sélinonte est, avec Agrigente et Ségeste, un des grands sites archéologiques de la Sicile.
temple d'Héra Sélinonte
le temple d'Héra, dans la partie Est, est le seul à avoir été remonté par les archéologues dans les années 1950 

Sélinonte, dont le nom provient d'une espèce de plante endémique de la région, est mentionnée par Thucydide à de nombreuses reprises. Elle fut une ville de toute première importance, grâce notamment à son emplacement non loin de la mer, pratique pour les échanges commerciaux, avec l'agriculture pour compléter l'économie. Les combats furent incessants contre sa voisine et rivale Ségeste, alliée d'Athènes. Mais une fois les athéniens vaincus par les Syracusains, Ségeste se tourne vers un autre allié de poids : Carthage. En 409, c'est la catastrophe pour Sélinonte, entièrement pillée, abandonnant au passage des milliers de morts. Les survivants furent autorisés à continuer leur vie dans la ville, mais sous domination carthaginoise. Lors de la première guerre punique contre Rome, néanmoins, et afin que la ville ne tombe pas sous son giron, Carthage démantela tout ce qui restait des splendeurs passées...
vue de Sélinonte
Vue d'une partie du site, surplombant la mer, depuis la partie Est. On aperçoit la rangée de colonnes du temple C au loin. La grande majorité des édifices ont reçu des lettres comme nom, car il a été impossible de savoir à quelles divinités ils étaient associés. 

la colline Est

Trois temples appartenaient à celle colline, la première que l'on visite en entrant dans la zone archéologique (le site est vaste et il vous faut la voiture pour aller d'une zone à l'autre). Le temple E, le plus récent des trois, est aussi le seul à avoir été remonté. Une stèle votive retrouvée laisse penser que l'édifice était dédié à l'épouse de Zeus, mais d'autres archéologues estiment que c'était plutôt à Aphrodite. Il s'agit d'un temple dorique classique, de 68 mètres de longueur, et plusieurs de ses métopes au niveau de la frise ont été retrouvées : Héraclès tuant l'amazone Antiope, Actéon déchiré par ses propres chiens après avoir été métamorphosé par Artémis en cerf, mariage de Zeus et d'Héra... 
temple d'Héra Sélinonte
Façade du temple dit d'Héra, avec le reste de frise et les colonnes doriques caractéristiques du style classique. 

temple d'Héra Sélinonte
temple d'Héra
Himantoglossum robertianum
Himantoglossum robertianum, Orchis géant
temple d'Héra
temple d'Héra

Le temple peut-être le plus spectaculaire se situe non loin : le temple G. C'était un mastodonte, un des plus vastes de l'Antiquité, avec sa longueur de 114 mètres ! Il n'était toujours pas achevé lors de la chute de la ville, car certaines colonnes n'avaient toujours pas été cannelées, et d'autres ont été retrouvées dans une carrière d'extraction de pierres à quelques kilomètres de là. Une seule colonne fut remontée intégralement au XIXème siècle, afin que les visiteurs se rendent mieux compte de la taille du temple. Et il faut dire que déambuler au milieu de ces morceaux de blocs fut une expérience incroyable : l'impression de marcher dans un immense pierrier de montagne. C'est inimaginable la quantité de roches qu'il a fallu transporter depuis les carrières pour construire un tel ensemble... Quand un édifice est entièrement monté, on ne s'en rend pas vraiment compte... mais lorsque tous les morceaux du puzzle sont au sol dans un désordre total, alors on commence à comprendre...
temple G Sélinonte
A l'intérieur du temple G, parmi les blocs colossaux. On voit bien que les colonnes sont constituées de nombreuses rondelles qui sont ensuite mises les unes sur les autres.
Une unique colonne surgit de l'amas de pierres...
Une unique colonne surgit de l'amas de pierres...

bordure temple G
bordure temple G
une colonne à terre
une colonne à terre
temple G de loin
temple G de loin

l'Acropole

L'Acropole est une petite colline de craie dominant la mer, entièrement ceinte de murs. De nombreuses rues s'y coupaient à angle droit. Là aussi on a retrouvé de nombreux sanctuaires et autels. 
Le Temple C est le mieux conservé, et aussi le plus ancien, depuis que 14 colonnes ont été remontées dans les années 1930. Le grand autel rectangulaire du temple est, lui, assez évocateur.
Restes du temple C - Sélinonte
Restes du temple C.

Sélinonte acropole
vue depuis l'acropole
Sélinonte Temple C
temple C
Tarentola mauritanica
Tarentola mauritanica

Aucun commentaire