Derniers articles

Portugal - monastère de Tibaes

Le monastère de Tibaes

Le monastère Saint-Martin de Tibaes est situé non loin de Braga, dans le nord du Portugal. C’était la maison mère de l’ordre bénédictin au Portugal et au Brésil, et est réputé pour sa riche décoration rococo à l’intérieur de l’église. Même s’il fut fondé au Xième siècle, il n’existe malheureusement plus de traces architecturales datant de cette époque. Le monastère a en effet profondément été restructuré aux XVII et XVIIIème siècles. C’est à cette époque qu’il fut décidé, devant l’état de ruines de l’ancien édifice, de procéder à la reconstruction intégrale afin de faire de Tibaes la maison mère de l’ordre. 
Tibaes Portugal
la façade de l’église du monastère ne laisse en rien présager de l’exubérance du décor rococo intérieur, qui a fait la réputation de Tibaes 

On décida alors de commencer par les cloîtres, qui seront au nombre de quatre, puis par l’église, construite dès 1628 dans le style maniériste par les architectes Manuel Alvares et Joao Turriano. Quant aux dortoirs et à la salle capitulaire, il fallut attendre le XVIIIème siècle avec l’ajout de deux nouvelles ailes. C’est à cette époque que le monastère fut un centre artistique considérable et eut une influence énorme dans le domaine du baroque et du rococo dans le reste du Portugal ainsi qu’outre-Atlantique. L’intérieur de l’église, sous la patte d’André Soarès, atteint un summum du baroque avec ses boiseries et ses retables latéraux. Après être tombé en désuétude à la fin du XIXème siècle lorsqu’un incendie ravagea une partie de l’édifice, ce n’est que depuis 1986 qu’il est tombé dans le domaine de l’Etat et que d’importants travaux furent commencés. 
grand cloître central Tibaes
Le grand cloître central servait de lieu de méditation et de lecture pour les disciples de la règle de Saint Benoit, mais avait un autre usage : c’était le cimetière du monastère, avec de nombreuses chapelles latérales et les tombes que l’on devine très bien au sol sur la photo. On venait s’y concentrer et méditer sur la vie du fondateur de l’ordre, vie retracée sur les nombreuses scènes en azulejos tout au long des murs. Les plafonds sont en caissons de bois et les arcades toscanes. L’ensemble remonte au XVIIème siècle. Au centre du cloître trône une fontaine en granite.

histoire de Saint Benoit en azulejos
autre petit jardin
jardin enclavé dans les hautes bâtisses


Huit offices divins rythmaient la vie des moines, et chanter était l’acte principal que Dieu attendait de ses élus. Tout se passait dans l’église, le monument principal du monastère. De matines à complies, toutes les trois heures les moines se rendaient dans le lieu saint. L’église présente la forme de croix latine, avec une unique nef mais trois chapelles de chaque côté, ainsi que deux dans les transepts. Tout respire le baroque : la chaire, les retables, les orgues, les balustrades, encadrements de portes et fenêtres etc… faisant de Tibaes un modèle pour tout le Portugal. 
nef église Tibaes
vue de la nef principale de l’église, avec ses nombreux éléments décoratifs rococo

1
2
3
4



1 - les orgues de l’église
2 - le retable principal
3 - une des chapelles latérales, chargée elle aussi
4 - une des cellules des moines, qui lisaient ou méditaient beaucoup face au paysage reposant qu’ils pouvaient admirer depuis les fenêtres

Comme son nom l’indique, la salle du chapitre (du latin caput) est la « tête » du monastère, la salle principale dans laquelle étaient prises les décisions. Le beau plafond à caissons de bois peint date de 1700. Le bois sculpté polychrome présente diverses figures avec feuilles et oiseaux. 
salle du chapitre monastère Tibaes
salle du chapitre

Aucun commentaire