BREAKING NEWS

[5]

Pologne - Cracovie, une capitale culturelle


Remontant au VIIème siècle et construite sur la Vistule, la ville de Cracovie, dans le sud de la Pologne, est une des cités les plus anciennes du pays, et son centre culturel et artistique. Celle qui fut même capitale de la Pologne durant cinq siècles s’est progressivement développée à partir de la colline du Wawel, un des sites les plus visités du pays. La ville qui compte parmi ses plus célèbres habitants le pape Jean­-Paul II a beaucoup souffert durant la seconde guerre mondiale : Cracovie devint capitale du gouvernement général de l’Allemagne, et les nombreux juifs de la ville finirent dans le tristement célèbre ghetto de Cracovie avant d’être emmenés dans le tout proche camp d’extermination d’Auschwitz. De nos jours, fort de son classement par l’Unesco sur la liste du patrimoine mondial, Cracovie se présente comme un des fleurons de l’architecture européenne, attirant des visiteurs du monde entier. Et la ville possède dans le domaine de l’art un des fleurons de la peinture italienne, la dame à l’hermine du grand Leonard… alors en route !

Cracovie colline du Wawel
vue des bords de la Vistule avec la colline du Wawel en arrière-plan, dominée par la tour de la cathédrale

Comme toute ville ancienne qui se respecte, l’histoire de Cracovie débute par une légende : celle du fondateur de la cité, Krakus (qui lui a donc donné son nom) qui aurait édifié un village au-­dessus d’une grotte occupée par un dragon. Si l’on estime que la ville proprement dite existe depuis le VIIème siècle, c’est véritablement lors du XIème qu’elle va s’avérer être un important centre économique, devenant même la capitale de la Pologne. C’est de cette époque que datent la plupart des édifices en briques, ainsi que le château royal sur la colline du Wawel. Cracovie connut ensuite une destruction intégrale par les mongols avant d’être reconstruite à l’identique au cours du XIIIème siècle. Mais le véritable âge d’or, la Renaissance polonaise, sera durant le XVIème siècle, avec l’édification de nombreux bâtiments comme ceux sur la place du Marché.

la colline du Wawel

Il s’agit du complexe architectural fortifié qui domine depuis sa colline la Vistule et le reste de la ville. Deux imposants monuments forment le coeur du Wawel : la cathédrale, ancien lieu de couronnement des Rois, et le château royal (jusqu’en 1611 Cracovie fut le siège de la monarchie polonaise).

la cathédrale de Cracovie domine la colline du Wawel
la cathédrale de Cracovie domine la colline du Wawel

La cathédrale, appelée aussi basilique royale des Saints Stanislas et Venceslas, fut le lieu de couronnement des Rois. Elle remonte à plus de 900 ans. C’est ici que le futur pape Jean-­Paul II donna en tant qu’évêque sa première messe en 1946. C’est également un panthéon national puisque bon nombre d’auteurs, de rois, de héros nationaux y sont enterrés. Incendié à deux reprises, l’édifice actuel date du XIVème siècle, dans le style gothique, même s’il connaîtra par la suite bon nombre de remaniements. Ainsi, la façade montre divers styles, avec son porche baroque (photo ci­-dessus) flanqué de deux chapelles appuyées sur la structure gothique.


1
autre vue de la cathédrale lors de la montée de la colline Wawel
2
la statue du pape JeanPaul II, évêque de la ville, trône devant la cathédrale
3

1 - le choeur gothique de la cathédrale et son maître-autel baroque
2 - autre vue de la cathédrale lors de la montée de la colline Wawel
3 - la statue du pape Jean-Paul II, évêque de la ville, trône devant la cathédrale 

Le château royal, à deux pas de la cathédrale, fut commandé par le Roi Casimir III qui régna sur la Pologne au XIVème siècle. Durant la Renaissance, il fut largement remanié par les meilleurs artistes nationaux et étrangers, rendant encore plus luxueuse cette résidence royale. Le château connut ses heures sombres lorsque la capitale fut transférée à Varsovie en 1609 et est alors progressivement abandonné.

cour intérieure du château de Wawel
cour intérieure du château de Wawel

Plusieurs pièces à l’intérieur se visitent : trois chambres du rez­-de-­chaussée qui ont conservé leur plafond en bois Renaissance, et quelques salles royales du deuxième étage.


chateau du Wawel
1
2
3
salle Sénatrice Wawel
4



1 - salon du Gouverneur avec son aménagement des XVIème et XVIIème siècles
2 - la chambre des Planètes tire son nom de la frise murale qui dépeint une allégorie des planètes (elles datent du XXème siècle seulement car les originales n’ont pas survécu)
3 - la salle des envoyés dans la quelle trônait le Roi lors des séances auxquelles il participait
4 - la salle de la Sénatrice, la plus grande du château, servait pour les grandes occasions : mariages, représentations théâtrales, bals…

dame à l’hermine, Leonard de Vinci
La dame à l’hermine, Leonard de Vinci (1488/90). Ce chef-d’oeuvre de la peinture mondiale est le fleuron de l’art en Pologne. La toile fut acquise par la famille Czartoryski en 1798, fit un long séjour à Paris à l’hôtel Lambert, propriété de la famille, fut saisie par les nazis durant la guerre, et revint finalement dans sa ville d’origine, Cracovie. La dame à l’hermine est un des quatre portraits de femmes que nous a laissés le génial italien. Cette dame doit être Cécilia Gallerani, la maîtresse du duc de Milan Ludovic Sforza. Dans une robe somptueuse, Cécilia se tourne de trois-quarts vers le spectateur, la tête enveloppée d’un voile transparent. Elle tient une hermine, symbole de pureté.

la place principale (Rynek Glowny)

Au coeur de la vieille ville se trouve la plus grande place médiévale d’Europe. Elle remonte au XIIIème siècle. Au centre des quatre hectares s’élève la halle aux draps depuis 1555, dans le plus pur style Renaissance. Tout autour, de nombreux monuments historiques, des palais, des églises, et les deux tours immanquables de la basilique gothique de Sainte-­Marie. La fonction d’une telle place était le commerce, mais elle a également vu d’autres événements comme des cérémonies royales ou des exécutions de prisonniers. Elle est située sur la route royale, l’axe qui reliait la porte Barbacane au nord au château de Wawel au sud.

halle aux draps Cracovie
La halle aux Draps fut conçue dès le XIVème siècle comme un centre de commerce du drap ; il fut reconstruit après un incendie dans le style Renaissance par un architecte de Padoue (il existe à Padoue quasiment le même bâtiment d’ailleurs). Les arcades furent rajoutées au XIXème siècle. A gauche, la tour de l’hôtel de ville. 


intérieur de la halle aux draps Cracovie
1
2
Tour Hotel de Ville Cracovie
3
4



1 - intérieur de la halle aux draps
2 - une sculpture moderne sur la place
3 - la tour de l’hôtel de ville est la seule partie restante de la vieille mairie ; elle mesure 70 mètres et penche de 55 centimètres depuis une sévère tempête dans le courant du XVIIIème siècle
4 - quelques stands sur la place du marché

La basilique Sainte-­Marie est dédiée à l’Assomption de la Vierge. Très fréquentée à l’époque par les marchands, elle est construite de briques faites à la main et est demeurée le principal édifice religieux de la ville durant des siècles. Elle est réputée pour son retable en bois, le plus grand de l’époque médiévale. On raconte une légende à propos de ses deux tours de hauteur inégale (81 mètres contre 69 mètres pour la plus petite qui sert de clocher). La construction de la basilique aurait été confiée à deux frères qui rivalisèrent afin d’édifier la plus haute possible. Le plus jeune, ayant perdu le défi, ne put le supporter et alla tuer son aîné ; pris de remords, il s’enfonça ensuite un couteau dans le coeur. Une autre histoire relate que lors de l’invasion des Tatars, un habitant est monté au sommet afin de jouer du clairon pour prévenir la population de l’arrivée des ennemis ; malheureusement il reçut une flèche en plein cou et mourut sur le champ, laissant sa mélodie sans fin, en plein milieu d’une phrase musicale. Mais les habitants furent tout de même prévenus et purent repousser les Tatars. De nos jours, chaque heure, un pompier, après la surveillance du sommet de la tour comme le voulait la coutume, joue l’air musical au clairon.

basilique Sainte-Marie sur la grande place de Cracovie
basilique Sainte-Marie sur la grande place de Cracovie ; on voit bien ses deux tours de hauteur inégale


1
retable en bois de Veit Stoss
2


1 - entrée latérale de la basilique

2 - retable en bois de Veit Stoss, le plus grand du Moyen-Age ; il est constitué de cinq parties et d’une prédelle, le tout relatant la vie de Marie et de Jésus

autres bâtiments

Le Collegium majus est le plus ancien bâtiment de l’université de Cracovie. Il fut construit au XVème siècle dans un style gothique tardif, autour d’une belle cour intérieure à arcades. Ce collège eut un élève parmi les plus célèbres qui soient : l’astronome Nicolas Copernic !

cour intérieure du collegium majus
cour intérieure du collegium majus


façade extérieure du collegium
1
2
3
4


1 - façade extérieure du collegium
2 - petit jardin du collège
3 - détail de la cour intérieure avec une horloge se mettant en branle toutes les heures
4 - couloir reliant la cour aux jardins

L’église de Sainte-­Anne, appartenant à l’Université, est un des plus beaux exemples de style baroque de la ville. Gothique tout d’abord, elle fut ensuite entièrement détruite car jugée trop petite, pour connaître un renouveau baroque : décoration en stuc, polychromie etc…

nef de l’église Sainte-Anne Cracovie
nef de l’église Sainte-Anne


façade de Sainte-Anne
coupole de Sainte-Anne

 barbacane  Cracovie
La barbacane est l’avant-poste fortifié, intégré aux murs de la ville, qui servait de porte d’entrée ; elle est encore en parfait état malgré ses 600 ans d’âge. Il n’en n’existe plus que trois de ce type dans toute l’Europe.


1
2
3
4



1 - église Saint-Pierre et Saint-Paul avec les statues des douze apôtres
2 - l’opéra de la ville
3 - une ruelle le long des murailles
4 - murs fortifiés de la ville 

[full_width]
Pologne - Cracovie, une capitale culturelle Pologne - Cracovie, une capitale culturelle Reviewed by RENOULT on 17 mars Rating: 5

Aucun commentaire: