Derniers articles

Namibie - Brandberg, des peintures rupestres au coeur de la montagne

Le massif de Brandberg


Le massif du Brandberg est le point culminant de la Namibie. Le massif occupe une superficie de 650 km² pour une altitude maximale de 2573 mètres. Intrusion granitique comme le massif voisin de Spitzkoppe, Brandberg, dont le nom signifie « montagne de feu » (la couleur rouge prise au lever et coucher du soleil), peut être vue à une distance considérable depuis la plaine aux alentours. Outre la beauté de la montagne, une visite dans le massif s’impose pour des raisons archéologiques, puisque les parois sont truffées de peintures rupestres de tribus bushmen.

le curieux massif de Brandberg surgit de la savane tel un mirage
le curieux massif de Brandberg surgit de la savane tel un mirage

Une fois encore, c’est du ciel qu’on peut avoir une bonne idée de la forme du massif, et là, c’est extraordinaire ! Un rond parfait surgissant du sol ! Cette immense pile de granite est une ancienne chambre de magma formée il y a des millions d’années, lors d’une forte activité volcanique, avec des épanchements de lave considérables, dans la région du Damaraland. Ces dépôts massifs de magma se sont lentement refroidis et ont été exposés à l’air libre par l’érosion. A une époque lointaine, il y a eu un effondrement du magma, créant une caldeira, ce qui explique la forme parfaitement ronde du massif. Ci-dessous, deux vues de l’intérieur de cet inselberg, au lever du soleil tout d’abord, ce qui permet de bien comprendre l’appellation ‘montagne de feu’, et quelques heures plus tard. L’été, le soleil tape très dur et les températures grimpent au-delà de 40°C. L’eau y est quasiment introuvable.

massif du Brandberg
1
Acacia montis-ustii
2

1 - intérieur du massif

2 - L’Acacia de Brandberg (Acacia montis-ustii) est endémique à ce massif ! Il ne pousse que là au monde… Outre la flore, la faune se distingue aussi avec pas moins de sept espèces endémiques de serpents.

coeur du massif de Brandberg
coeur du massif de Brandberg
Véro non loin des peintures rupestres de la White Lady, au fond d’une des vallées parcourant le massif
Véro non loin des peintures rupestres de la White Lady, au fond d’une des vallées parcourant le massif.

les peintures rupestres

Petite histoire des peintures... Il y a 10 000 ans de cela, le désert de Namib est devenu encore plus aride et les peuples de cueilleurs -chasseurs ont commencé à migrer saisonnièrement. Le massif du Brandberg est devenu un refuge. Pour faire venir la pluie, des chamanes effectuaient des danses rituelles pour s’attirer les bienfaits de divinités, secouant le bâton de pluie. Les habitants San, des bushmen, qui habitaient ici, ont commencé à peindre dans des abris sous-roche (photos ci-dessous). Les plus anciennes peintures datent de 5000 ans pour certains monochromes, mais de 2000 ans pour les polychromes et les représentations plus détaillées, comme la célèbre « white lady ».

abri sous roche de la White Lady
1
2

1 - abri sous roche de la White Lady
2 - reproduction des peintures

Qui était la « white lady » ?

Le groupe le plus connu du Brandberg est la « Dame blanche »(photo ci­-dessous, peu visible), nom donné par l’archéologue français Henri Breuil en 1929, qui voyait là une femme. Or, on sait maintenant que c’est faux : il s’agit d’un homme, dont le pénis est bien visible, et plus particulièrement d’un chamane appelant la pluie ( plus bas, white lady à gauche avec un autre chamane). Il s’agit donc d’un rituel fait par une personne réelle représentée sur la paroi. Les gouttes sur le corps se retrouvent ailleurs sur d’autres peintures animales.

peinture de la White Lady
peinture de la White Lady

Importance des incantations

Les anciens habitants du massif de Brandberg demandaient aux chamanes de pratiquer ces « danses » pour améliorer leur santé ou demander la pluie (voir ci-­dessous) . Ils se procuraient des instruments de percussion fabriqués à partir de végétaux ou de cocons d’insectes. La danse était fatigante et violente, et les chamanes étaient souvent en sueur (on voit sur les peintures les détails des gouttelettes), et parfois saignaient même du nez. Ils utilisaient aussi des queues d’antilopes comme sorte de fouet. Certains animaux étaient dotés de pouvoirs magiques pour les chamanes et ils les représentaient souvent sur les parois.

peintures de l’abri sous roche de White Lady

Pourquoi ces marques ?

La sueur des chamanes était très importante et il fallait la représenter sur les peintures car elle était considérée comme un liquide puissant, contenant les puissances surnaturelles de certains animaux. En compagnie des chamanes, de nombreux gnous sont présents (ci­-dessous). Ils possèdent les mêmes stries que sur la peau des chamanes, soulignant le lien magique existant entre ces créatures et le danseur. Ces témoignages permettent de comprendre quelles espèces étaient importantes pour les anciens.

gnou avec rayures Brandberg
gnou avec rayures

Aucun commentaire