BREAKING NEWS

[5]

France - la basilique Saint-Denis, une nécropole royale



A cinq kilomètres seulement au nord de Paris, dans le département de Seine-Saint-Denis, la basilique éponyme est un haut lieu de l’architecture française, et même mondiale. Française car c’est ici que sont enterrés bon nombre de Rois de France, des Capétiens, mais aussi quelques mérovingiens et carolingiens. Mondiale, car Saint-Denis est le lieu de toutes les audaces, quand l’abbé Suger présenta un chevet d’un ordre nouveau, véritable hymne à la lumière, et qui connaîtra un essor triomphal : le style gothique.

la basilique Saint-Denis voit la naissance d’une architecture révolutionnaire : le style gothique, qui permettra une ouverture plus grande vers la lumière

Qu'est-ce que le gothique ?  L’art gothique est apparu en France sous un tout autre nom : l’opus francigenum, ou « oeuvre française ». Ce sont les artistes de la Renaissance italienne qui utilisèrent pour la première fois, bien plus tard donc, le terme gotico pour désigner, de manière neutre chez Raphaël, mais péjorativement ensuite – l’art goth est celui des Barbares qui n’ont pas compris qu’il fallait se tourner vers la Grèce et Rome – ces constructions cisalpines. Par rapport au style roman qui le précède, le style gothique apporte, pour faire bref : – la voûte croisée d’ogives permet de réaliser des édifices bien plus hauts et plus vastes, le poids des pierres reposant désormais sur quatre piliers au lieu de deux – les arcs-boutants extérieurs soutiennent le mur, permettant une poussée exercée plus forte – il s’ensuit une plus grande lumière qui peut pénétrer par des ouvertures beaucoup plus larges, fermées de magnifiques vitraux.

L’église de Saint-Denis s’élève à l’emplacement d’un cimetière gallo-romain, lieu de sépulture de Saint Denis, qui fut martyrisé vers 250 (on peut voir sa tombe sous la crypte de la basilique ; cette crypte, elle, remonte à l’époque carolingienne et est un vestige de l’édifice consacré en 775 par Charlemagne). Le chevet marque donc le début du gothique sous l’impulsion de l’abbé Suger ; quant aux transepts, destinés à accueillir sous un volume exceptionnel les tombeaux royaux, ils sont dus à Saint Louis.

la basilique fut édifiée sur les restes d’un cimetière gallo-romain, lieu d’inhumation de Saint Denis

C’est dès l’époque mérovingienne que l’église fut dénommée « basilique ». Ce qualificatif s’appliquait dès le IVème siècle à tous les édifices religieux qui reprenaient le même plan des bâtiments civils romains où l’on pratiquait le commerce et exerçait la justice. Elles étaient (comme à Rome) le plus souvent construites à l’extérieur des villes et sur les restes d’un Saint, et sont à l’origine plus tard du développement de tout un quartier, comme ici pour la ville de Saint-Denis.


1
2
3
4
5


1 - côté extérieur de la basilique
2 - vue rapprochée de la nef
3 - la très belle rosace du transept
4 - nef depuis le choeur
5 - au-dessus du déambulatoire

Avec ses 70 gisants et tombeaux royaux, la basilique de Saint-Denis est le lieu de sépulture privilégié des dynasties royales du XIIème au XVIème siècle. Mais ce ne fut pas toujours le cas, et au Xème siècle, la basilique était même rudement concurrencée par d’autres édifices, comme la nécropole de Sain-tGermain-des-Prés. Ce sont les Capétiens, en 987, qui impulsent ce nouveau choix : et désormais, nombreux sont ceux (à l’exception de quelques-uns comme Louis VII, Louis XI ou Charles X) qui chercheront dans Saint-Denis une quête de légitimité en reposant près des reliques du Saint. Selon la croyance, ils espéraient tirer la puissance du Saint martyr durant toutes les épreuves de leur vie terrestre, puis accéder plus vite au Paradis.

tombeau de Louis XII et d’Anne de Bretagne

tombeau de François Ier et Claude de France


1
2
3
4



1 - crypte de la basilique
2 - la cave des Bourbons
3 - tombeau de Dagobert Ier de France
4 - autres gisants
[full_width]
France - la basilique Saint-Denis, une nécropole royale France - la basilique Saint-Denis, une nécropole royale Reviewed by RENOULT on 20 janvier Rating: 5

Aucun commentaire: