BREAKING NEWS

[5]

Featured

Ads Header

Etats-Unis - Craters of the Moon, Idaho


Le monument national de Craters of the Moon est situé dans l’état de l’Idaho, non loin de la petite ville d’Arco où vous aurez la possibilité de vous loger. A 1700 mètres d’altitude, c’est un des plus beaux exemples de bassin volcanique des Etats-Unis. Les champs de lave s’étendent sur 2000 km² et la zone protégée comprend également une prairie de 1000 km². Le long de cette vaste faille de l’Idaho, le visiteur pourra trouver à Craters of the Moon pratiquement toutes les variétés de basaltes, plusieurs dômes, mais, surtout, aura l’occasion de se promener sous la lave, dans de magnifiques tunnels créés par les coulées. Chaque parcours est d’ailleurs parfaitement aménagé avec de nombreux panneaux explicatifs.

un magnifique exemple de lave cordée (pahoehoe d’après le terme hawaïen qui lui a donné son nom)

Nous sommes dans le centre de l’Idaho, dans la plaine de la Snake River. Les champs de lave datent de l’holocène et sont constellés de 25 cônes volcaniques et 60 coulées distinctes datant de 15000 à 2000 ans seulement. Toute la zone est traversée par un grand rift, une faiblesse dans la croûte de la Terre. Les précipitations annuelles sont assez conséquentes, surtout en hiver sous forme de neige, mais l’eau s’infiltre rapidement dans les fissures de la lave et les plantes ont dû s’adapter à des conditions extrêmes, avec pratiquement aucun sol. Sur les coulées les plus récentes, il n’y a aucune végétation et on évolue dans un paysage austère entièrement noir. Enfin, pour compléter niveau climat, la zone est extrêmement venteuse, comme nous avons d’ailleurs pu le constater, rendant les conditions encore plus difficiles.

Paysage caractéristique de Craters of The Moon avec son sol noir de cendres et une végétation éparse.

C’est une géologie violente qui fut à l’oeuvre ici ! La plaine de la Snake river a été le théâtre de plusieurs éruptions cataclysmiques qui commencèrent il y a 15 millions d’années. Le responsable : un point chaud (hotspot en anglais) qui est une remontée continue de lave depuis une chambre magmatique profonde. Comme les plaques tectoniques bougent, le point chaud (qui lui ne bouge pas) laisse son empreinte en plusieurs endroits, un peu comme un chalumeau sur lequel on fait glisser une plaque de fer et qui se réveillerait de temps en temps…). La pression exercée par le point chaud fait se soulever le sol, qui s’affaisse une fois la pression retombée, provoquant une caldeira. Ce point chaud est toujours actif aujourd’hui et a fait des ravages plus loin en créant un des plus fascinants paysages au monde : le parc national de Yellowstone… Attention : les fissures volcaniques de Craters of The Moon sont considérées comme en sommeil mais non éteintes, et les géologues s’attendent à des nouvelles coulées dans moins d’un millénaire. Lorsque le point chaud a montré une grosse activité au même endroit durant plusieurs mois, d’énormes quantités de basaltes se sont accumulées pour former un volcan-bouclier. On reparlera aussi plus loin des fameux tubes de lave, formés dans des circonstances bien particulières, et qui sont nombreux ici (le plus long fait 24 kilomètres de long !).

la vie d’adapte à toutes les situations et tous les terrains…

Les plantes poussant à Craters of The Moon subissent un stress constant : vent fort, froid glacial l’hiver et sol torride à plus de 60°C l’été, eau qui n’est pas retenue par le sol de basalte… Sur l’ensemble du parc, 15% des terres sont couvertes de végétation, et le taux chute à moins de 5% sur les scories. C’est donc un environnement semi-aride. Un sol ne peut commencer à se former qu’après l’installation des lichens, qui vont décomposer la roche, permettant à d’autres plantes plus complexes de venir. Sur les cônes volcaniques, les pentes colonisées en premier sont celles au nord, à l’abri du soleil, car elles préservent de la neige, donc de l’eau, plus longtemps, et sont à l’écart des vents dominants du sud ouest. On trouve surtout des pins, des genévriers et de l’armoise, tous très tolérants à la sécheresse, avec des feuilles en épines ou succulentes. Elles se placent sur de petites crevasses ou des trous qui conservent plus longtemps de l’eau.


1
1 - vue de la partie Nord du parc avec pas mal de végétation

Coulée du cratère Nord

Premier arrêt lors de la boucle en voiture, c’est une promenade très facile de 20 minutes qui permet de s’aventurer au coeur d’une coulée de 2200 ans, donc une des plus jeunes de Craters of The Moon. Elle vient du cratère Nord que l’on voit sur la gauche. La lave traversée possède beaucoup d’obsidienne lui donnant une teinte particulière. On peut aussi voir de magnifiques exemples de laves en cordes et en coussin.

le petit sentier s’engage dans les coulées ; sur la gauche, le cône responsable

les lichens sont les premiers à conquérir le basalte


Devil’s orchard

Ce « jardin du Diable », peuplé de pins et d’une végétation éparse, est parsemé de gros blocs de lave, des bombes, qui ont été éjectés du même cône volcanique. Beaucoup de panneaux explicatifs mais boucle moins intéressante que la précédente. Compter 25 à 30 minutes pour faire le tour et lire les informations.

sur le parcours de Devil’s orchard

les cônes volcaniques

Deux promenades à effectuer, vraiment sympas : grimper au sommet du Cinder Cone tout d’abord pour une vue magnifique sur tout le sud du parc. Compter 20 à 25 minutes aller-retour (assez raide dans la cendre). En redescendant, ne manquez pas au prochain stop la montée pour voir deux petits cônes, les Spatters Cones, situés sur la fissure du Grand Rift. On peut voir directement à l’intérieur de la petite cheminée. Compter 15 minutes seulement.

la belle montée du Cinder Cone vous offrira un panorama très étendu (et venteux !)

les petits cônes adjacents sont intéressants à visiter


1
2

1 - panorama étendu du sommet
2 - cratère d’un des petits cônes

la zone des tunnels

Certainement la partie la plus intéressante, avec trois tunnels de lave à explorer. Compter 1h à 1h30 pour faire le tour, c’est assez étendu et les tunnels méritent d’être visités. Prévoir une lampe torche et faites attention à la tête ! Attendez-vous à un choc thermique ! Un tunnel de lave se forme lorsque de la lave fluide continue à se déplacer sous une surface durcie. Une fois la rivière brûlante totalement écoulée, il ne reste plus que le tunnel. Certains font des dizaines de kilomètres (65 km pour le record mondial à Hawaï). Comme la lave est un excellent isolant, elle conserve la température glaciale sous terre (sous basalte plutôt…), et vous serez surpris de passer en quelques secondes de 25°C dehors à 0°C dedans…

Sous l’Indian Tunnel, avec des volumes impressionnants.

un autre tunnel, Beauty Cave


1
2
3
4
5

1 - grosse bombe de basalte
2 - vers les tunnels
3 - un tunnel à moitié effondré
4 - des mini stalactites de basalte
5 - de la glace dans le tunnel en plein été : le basalte est un très bon isolant !
[full_width]
Etats-Unis - Craters of the Moon, Idaho Etats-Unis - Craters of the Moon, Idaho Reviewed by RENOULT on 13 janvier Rating: 5

Aucun commentaire: