BREAKING NEWS

[5]

Etats-Unis - Bryce Canyon National Park, Utah


Bryce Canyon, à coup sûr, restera gravé à jamais dans vos mémoires lors d’un voyage dans l’Ouest américain. On a beau avoir vu des dizaines de fois ces clochetons ocres par milliers, rien ne vous prépare au choc lorsque vous vous penchez depuis le haut du plateau (car comme on le verra, ce n’est pas un canyon). La route du parc consiste en une succession de points de vue tous plus extraordinaires les uns que les autres. Le jeu de lumière sur les cheminées de fée est divin ! Et il est possible en divers endroits de descendre au fond de l’amphithéâtre pour être cette fois-ci la tête levée vers les sommets. Un régal qui marquera pour nous un temps fort du séjour. Autre avantage : du fait de son altitude élevée (entre 2200 et 2700 mètres), il y fait bon voire frais même en été (l’hiver tout est sous la neige).

lever de soleil sur Bryce Canyon : un instant magique, surtout lorsque l’on est seul sans la foule de la journée !

Mais comment tout cela est-il possible ? Comment la Dame Géologie peut-elle expliquer une telle orgie de cheminées de fée ? Commençons par la situation, elle a son importance : Bryce Canyon est situé dans la partie occidentale du vaste plateau du Colorado, au niveau d’un sous-plateau du doux nom de Paunsaugunt… Dans la partie Est de ce plateau de 40 kilomètres de long, l’érosion a excavé plusieurs amphithéâtres naturels remplis de clochetons, dont le plus grand est Bryce Canyon, qui n’est donc pas techniquement parlant un canyon mais un plateau érodé. Autre facteur qui aura son importance dans la suite de l’histoire, le climat : puisque nous sommes à 2500 mètres d’altitude en moyenne, les températures sont extrêmes entre l’été, où des plus de 30°C ne sont pas rares, et l’hiver, avec un record absolu de --30° C… Les alternances de gel et de dégel vont favoriser la création de nos chères cheminées.

Vue dégagée depuis Inspiration Point : une carte postale du grand Ouest avec une envie irrésistible d’aller marcher à l’intérieur…

Pour qu’il y ait des hoodoos, ou cheminées, il faut des sédiments. Ca tombe bien, il s’en est déposé depuis le Crétacé pendant près de 100 millions d’années. Les roches à Bryce sont les plus jeunes du secteur de Grand Staircase, un gigantesque ensemble de strates géologiques allant jusqu’au Grand Canyon. A cette époque du Crétacé, c’est une vaste mer qui se trouvait ici et les couches sont donc des dépôts marins. Lorsque cette eau s’est retirée, elle a laissé la place à de vastes plaines temporairement inondées par des rivières et des lacs, ce qui a encore rajouté des couches de sédiments. Il fallut un mouvement tectonique d’ampleur pour soulever à son niveau actuel la partie ouest du plateau du Colorado. Les roches sédimentaires et les calcaires mis à nus et soulevés sont friables : le terrain est prêt pour la formation finale des hoodoos.

vue en détail des hoodoos

En se penchant face aux immenses amphithéâtres du plateau de Paunsaugunt, on remarques trois éléments essentiels dans le terrain : des murailles, des arches, et des cheminées isolées. Murailles, arches et cheminées : le trio magique qui permet de relier les événements. Première étape, l’érosion sur les bords du plateau isole des murailles de sédiments qui deviennent de plus en plus étroites, comme des lames. Deuxième étape, des petits trous apparaissent aux endroits les plus faibles et fins, et avec le temps, le petit trou devient une arche. Il en existe beaucoup dans le parc ! L’alternance gel / dégel accélère le processus en faisant exploser la roche par endroits. Troisième étape : les arches se fragilisent en devenant de plus en plus grandes, et de même que votre tunnel sur une plage de sable finira par s’effondrer laissant debout les deux piliers, l’arche va donner deux hoodoos. Parmi les milliers de clochetons de Bryce, leur taille va de un mètre à 45 mètres. Quant aux couleurs, qui alternent entre le blanc le orange et le rouge, elles sont dues aux différents sédiments déposés dont on a parlé plus haut. Et voilà ! Enfin pas tout à fait… Quatrième étape : l’érosion continue son bonhomme de chemin et les hoodoos redeviendront poussière…

Au niveau des hoodoos dont on perçoit un des plus grands à gauche, 
surnommé « le marteau de Thor ».

les points de vue supérieurs

Le plus simple pour découvrir le parc est de prendre sa voiture et de faire la route montante qui part du Visitor Center pour rejoindre tout au sud Rainbow Point à 2778 mètres. Certains arrêts sont plus indiqués pour les levers, d’autres pour les couchers du soleil. Rassurez-vous, c’est toujours très beau, même si les panoramas les plus époustouflants sont au début, entre Fairyland et Bryce Point. Plus au sud, il y a moins de hoodoos mais une belle arche à voir, et vous aurez moins de monde. Compter deux heures aller-retour tout de même.

Autre vue de Sunrise Point

Ponderosa Point

Vol au-dessus d’un nid de hoodoos…


1
2

1 - avec un cheval, ça fait encore plus Grand Ouest
2 - Natural Bridge, une belle arche qui témoigne d’un des processus de création d’une cheminée de fée (enfin de deux)

Navajo Trail

Voir les cheminées du haut vous apportera une énorme émotion. Mais descendre dans l’amphithéâtre à leur niveau encore plus. Plusieurs boucles existent, une des plus spectaculaires étant le Navajo Trail depuis Sunset Point. Comptez une heure trente pour faire l’aller-retour avec un dénivelé de 200 mètres à descendre puis à remonter via un chemin spectaculaire en zigzag. Vous arriverez dans Wall Street, une crevasse ocre gigantesque entre des parois verticales… effectivement l’impression d’être parmi les gratte-ciel. Du bas, visions magnifiques des formations géologiques. Que ce parc est beau !

La spectaculaire descente vers Wall Street : bienvenue au coeur des hoodoos…

au fond du canyon


1
2

1 - Wall Street
2 - un pin va chercher la lumière

59 espèces de mammifères habitent le parc de Bryce Canyon, parmi lesquels le coyote, le cerf hémione ou le puma. De nombreux écureuils également profitent des pins. 175 espèces d’oiseaux ont été répertoriées, la plus emblématique étant le Condor de Californie. Il y a assez peu de reptiles car le climat est froid. Vous aurez peut-être la chance de croiser un mâle Pronghorn, très élégant.

Une antilope américaine, ou pronghorn (Antilocapra americana), aux abords du canyon. En course, cette antilope peut atteindre 110 km/heure !

Pronghorn femelle avec son petit.
[full_width]
Etats-Unis - Bryce Canyon National Park, Utah Etats-Unis - Bryce Canyon National Park, Utah Reviewed by RENOULT on 12 janvier Rating: 5

Aucun commentaire: