BREAKING NEWS

[2]

Porifères (éponges)

 Retour à la liste taxonomique - page accueil des espèces traitées

(Légende : embranchementsous embranchementclasse sous-classeordresous-ordrefamille)


Les éponges (Porifera) sont un embranchement d'animaux multicellulaires qui possèdent un corps plein de canaux permettant à l'eau de circuler à travers eux. En circulant, l'eau dépose des nutriments puis sort par un trou appelé l'osculum. Elles n'ont pas de système nerveux, digestif ou circulatoire. C'est un groupe très ancien, qui s'est séparé en premier du dernier ancêtre commun de tous les animaux. 
Toutes les éponges, soit peut-être 10 000 espèces, sont sessiles, c'est-à-dire qu'elles vivent fixées à un substrat et ne voyagent pas. La plupart vivent en eau salée. 
Si presque toutes les éponges se nourrissent de bactéries et d'autres éléments microscopiques dans l'eau, certaines hébergent des micro-organismes photosynthétiques : cette symbiose leur permet de se procurer plus de nourriture et d'oxygène. Quelques éponges vivant dans un environnement pauvre en nourriture sont devenues des carnivores et peuvent se nourrir de petits crustacés. 
La reproduction sexuée est la plus répandue, les spermatozoïdes étant libérés dans l'eau pour fertiliser les ovules. 


Porifera Homoscleromorpha Homosclerophorida


La classe des Homoscleromorpha ne contient qu'un seul ordre. 
Ce sont des éponges de forme massive ou encroûtante qui ont une structure très simple avec peu de variation dans la forme des spicules, ces éléments présents dans la plupart des éponges composés de carbonate de calcium ou de silice. 
Leur reproduction est vivipare. Elles sont toutes marines et ont tendance à s'incruster sur d'autres éponges à faible profondeur. Elles affectionnent les endroits ombragés, comme sous les surplombs ou à l'intérieur de grottes. 


Oscarellidae


Une des deux seules familles de l'ordre, avec 18 espèces, dont 17 du genre Oscarella. Absence de spicules et de fibres de spongine et présence d'un gène mitochondrial spécifique. 

Oscarella lobularis
Oscarella lobularis - Oscarelle bleu violet - Corse

taille 5 à 20 cm ; couleur variable, du bleu vif au violet  ; c'est une éponge molle au toucher (n'ayant pas de squelette), avec une surface lisse ; nombreux lobes de 1 cm de diamètre environ ; endémique de Méditerranée, elle affectionne, comme presque toutes les éponges de cet ordre, les surplombs rocheux et l'intérieur des grottes, entre 15 et 35 mètres de profondeur ; se nourrit en filtrant l'eau grâce à de petits cils qui créent des mouvements de courant dans la cavité gastrique : une circulation se fait alors depuis les pores inhalants qui laissent l'eau entrer jusqu'aux pores exhalants, ou oscules, qui la laissent sortir ; les particules organiques ainsi attrapées sont distribuées à toutes les cellules de l'animal


Plakinidae


Absence de spicules la plupart du temps, ou bien, s'ils sont présents, ont une forme très caractéristique de candélabre. 


Plakina monolopha
Plakina monolopha - Plakine granuleuse - Corse

éponge encroûtante (ressemble à une plaque, d'où le nom de genre) de petite taille (2 cm en moyenne), de couleur variable (blanc à brun) ; la surface a un aspect granuleux car elle est couverte de micro-lobes de consistance molle ; quelques rares oscules (orifices exhalants) à la périphérie de l'animal ; c'est surtout une espèce de Méditerranée, qui se développe sous les pierres et les galets par petits fonds (de 5 à 15 mètres, même si elle peut descendre bien plus bas)




Porifera Demospongiae Agelasida


Les démosponges sont, de loin, la classe la plus diversifiée des Porifères, avec presque 9000 espèces, soit 76% de toutes les éponges. 
Leur corps est mou, et recouvre un squelette dur constitué de carbonate de calcium (calcite ou aragonite). 
Ce squelette rigide est composé de spicules, eux-mêmes formés de fibres de la protéine spongine, une protéine collagène spécifique aux éponges, ou bien de silice (cette dernière est souvent obtenue à partir de l'ingestion de diatomées siliceuses). 
C'est dans cet ordre que l'on trouve les plus grandes éponges (jusqu'à 1 mètre), la plupart du temps marines, même si un ordre, les Spongilida, vit en eau douce. Il est possible de donner un âge à ces animaux car, comme pour les coraux, leur squelette dense grandit de manière chronologique, par ajout de couches et de bandes concentriques (on surnomme d'ailleurs les démosponges les "éponges corallines". De nombreuses espèces peuvent ainsi vivre entre 500 et 1000 ans ! 

L'ordre des Agelasida regroupe des éponges dont les spicules sont composées de spongine. Une seule espèce en Méditerranée, les autres étant tropicales.


Agelasidae


Le squelette est constitué de spongine. Une seule espèce en Méditerranée.

Agelas oroides
Agelas oroides - Agelas orangé - Corse

éponge de couleur jaune à orange, d'une vingtaine de centimètres ; forme lobée et massive, qui peut varier énormément d'un individu à l'autre ; gros oscules bien visibles au sommet de chacun des lobes ; texture dure, grâce à son squelette de spongine ; elle affectionne les entrées de grottes dans toute la Méditerranée, jusqu'à 50 mètres de profondeur ; elle se nourrit en filtrant l'eau pour en tirer du plancton ; comme de nombreuses éponges, elle est capable de se régénérer à partir d'un petit ensemble de cellules


Porifera Demospongiae Axinellida


C'est un ordre de démosponges comprenant environ 560 espèces réparties en 4 familles. Grande quantité de fibres organiques enveloppant les spicules. 


Axinellidae

Les espèces de cette famille possèdent un squelette axial formé de grands spicules. Largement répandues dans les récifs coralliens, elles se nourrissent par photosynthèse, en utilisant les rayons du soleil. Les zooxanthelles qui vivent en symbiose avec elles permettent cette alimentation en synthétisant la lumière en sucres. 

Axinella polypoides
Axinella polypoides - Axinelle commune - Corse

éponge en forme d'arbuste jaune ou orangé pouvant atteindre voire dépasser 60 cm de hauteur et composé de plusieurs axes cylindriques ; oscules regroupés en étoile ou en cercle d'une manière régulière ; la forme générale reste la même mais peut varier selon le courant qui va modeler les différents "bras" ; cette éponge, qui apprécie l'ombre des surplombs, se fixe sur un substrat rocheux souvent envasé, dès 15 mètres de profondeur si elle peut suffisamment s'abriter des rayons du soleil, mais généralement plus profond 

Axinella verrucosa
Axinella verrucosa - Axinelle verruqueuse - Corse

ressemble beaucoup à l'espèce précédente : forme d'arbuste jaune à orange composé de nombreuses colonnes à l'allure de doigts ; MAIS la surface est lisse et veloutée, et la taille plus petite (10-15 cm) ; à la surface de l'animal, on distingue parfaitement le réseau de canaux translucides qui amène l'eau filtrée vers les oscules qui permettront de l'expulser (bien visibles sur ce spécimen pris en photo, ce qui est assez rare car le réseau est souvent contracté) ; cette éponge accueille souvent sur ses ramifications l'anémone coloniale Parazoanthus axinellae, dont on voit plusieurs exemplaires sur la photo



Porifera Demospongiae Bubarida


Ordre de Démosponges comprenant 104 espèces réparties en 3 familles. Toutes les espèces sont omnivores, benthiques, avec un squelette de silice.


Dictyonellidae


Eponges d'apparence charnue, avec de longs spicules et beaucoup de spongine, ce qui leur permet d'absorber beaucoup d'eau.

Acanthella acuta
Acanthella acuta - Eponge épineuse orange - Corse

assez grande éponge aux nombreuses excroissances imbriquées les unes dans les autres ; la surface semble totalement hérissée, d'où son nom ; ce sont en fait les spicules associés aux fibres de spongine qui forment de grandes pointes dépassant de la surface de l'éponge, et qui donnent cet aspect épineux ; on ne voit pas les oscules ; la couleur est toujours orange, plus ou moins foncé ; elle apprécie les substrats rocheux bien à l'abri des rayons du soleil, depuis une dizaine de mètres de profondeur 

Scopalina lophyropoda
Scopalina lophyropoda - Scopaline ocre - Corse

éponge encroûtante jaune orangé fine, de 5 mm d'épaisseur, qui peut recouvrir de grandes surfaces et se trouver sous deux formes bien différentes : détendue sans piques visibles ou contractée et très poilue ; cette variabilité dans la physionomie de Scopalina lophyropoda est saisonnière, détendue au printemps et en été avant la libération des larves, et plus écrasée à l'automne et en hiver ; sur la photo ci-dessus prise en avril, nous avons une forme détendue avec sa surface remplie de petits cônes irréguliers, ainsi qu'un réseau de canaux translucides parfaitement visibles ici, qui ramènent l'eau filtrée de ses nutriments vers les oscules pour qu'elle soit éjectée (les oscules sont les petits pores sombres que l'on voit également très bien) ; signalons aussi que cette éponge peut se fixer sur d'autres animaux, comme ici sur un ver Grand vermet. 


Porifera Demospongiae Chondrosiida


Ordre de démosponges comprenant deux familles.


Chondrosiidae


Les espèces de cette famille possèdent un cortex de collagène leur donnant un aspect rigide et résistant au toucher. Elles n'ont ni spicules ni spongine.

Chondrosia reniformis
Chondrosia reniformis - Eponge rognon - Corse

éponge encroûtante mais charnue et relativement épaisse (3 à 4 cm) ; peut s'étendre sur de grandes surfaces ; couleur blanc à brun foncé en fonction de la lumière sur le site (sur la photo présentée ici, l'individu était bien exposé aux rayons du soleil, donc il était brun avec de nombreuses marbrures claires) ; surface lisse ; gros oscules disséminés pour rejeter l'eau filtrée (les ostioles qui, elles, sont les pores inhalants ne sont pas visibles) ; elle est très commune sur les substrats durs, que ce soit en zones éclairées ou sous les surplombs et dans des grottes ; au toucher, elle est très résistante, alors qu'elle ne possède pas de spicules ni de spongine : ce sont des tissus riches en collagène qui lui donne cet aspect caoutchouteux


Porifera Demospongiae Clionaida



Clionaidae


Famille d'éponges perforantes avec des papilles inhalantes à la surface du substrat. Ces espèces sont donc capables de trouer du calcaire (roches ou coquilles) en attaquant le carbonate de calcium des supports qu'elles colonisent. Il s'agit d'une double action de dissolution chimique et mécanique : chaque cellule foreuse, au moyen d'un agent chimique, dissout le substrat devant elle en creusant un tunnel qui correspond à sa taille. 

Cliona celata
Cliona celata - Clione jaune - Corse

très grande éponge (jusqu'à 2 mètres, record en France) à la couleur jaune caractéristique, avec les ostioles (orifices respiratoires) regroupés en verrues rondes et surmontés d'une sorte de tamis ; elle se présente sous trois aspects totalement différents en fonction du stade d'avancement de la perforation : forme alpha, avec l'éponge quasi invisible formant des galeries dans le substrat qui est investi ; on ne voit plus dès lors que les oscules surélevés à la surface ; forme bêta encroûtante, avec le corps de l'éponge visible en surface de la roche qu'elle érode plus à l'intérieur ; forme gamma, très massive et en surplomb par rapport à son support ; sur la photo ci-dessus, c'est donc la forme alpha, avec uniquement visibles les ostioles en forme de ventouses (le reste de l'animal est à l'intérieur de la roche)

Cliona viridis
Cliona viridis - Clione verte - France 34

cette éponge (partie droite de la photo) est perforante, de couleur vert jaune, voire brune ; ostioles regroupés sur des sortes de tamis, aux côtés d'oscules cylindriques ; comme les autres espèces de la famille, creuse des galeries dans le coralligène, mais aussi sur certains mollusques ; il est rare de voir l'éponge en entier, profondément enfouie dans les galeries, mais on voit le plus souvent la forme alpha : les oscules et les ostioles seulement sortis (sur la photo, les oscules sont les plus gros "tubes" collés à l'ascidie rouge Aplidium nordmanni ; les petits tamis plus à droite sont les oscules, donc la prise d'eau pour la nourriture)



Porifera Demospongiae Dendroceratida


Ordre de démosponges que l'on trouve surtout dans les zones côtières peu profondes avec marées. Les espèces possèdent des couches concentriques de fibres contenant de la spongine (squelette organique) et par de grandes chambres flagellées qui s'ouvrent directement dans les canaux exhalants. Certaines espèces ne possèdent néanmoins pas de spongine. Le squelette minéral est absent (pas de spicules).


Darwinellidae


Le nom de cette famille est un hommage au naturaliste Charles Darwin. 

Aplysilla rubra
Aplysilla rubra - Oscarelle rouge - France 35

éponge encroûtante de 5 à 20 cm, de couleur rouge à beige, avec une consistance cartilagineuse et une surface bosselée ; aucun squelette, ni spongine ni spicule 



Porifera Demospongiae Dictyoceratida


Ordre d'éponges comprenant des espèces dépourvues de spicules minéraux ; elles sont généralement dures, difficiles à déchirer ; squelette principal constitué d'une réticulation de fibres de spongine. Cinq familles sont représentées, séparées par leurs caractéristiques fibreuses.


Dysideidae


Les espèces de cette famille ont souvent un aspect "en dentelle", délicat, dû aux fibres de spongine. 

Dysidea fragilis
Dysidea fragilis - Eponge mie de main mouillé - Corse

éponge à la consistance molle, et dont la surface est couverte de conules lui donnant un aspect hérissé de petits oscules de 2 à 5 mm de diamètre ; couleur blanchâtre la plupart du temps, violet parfois quand l'éponge est colonisée par une cyanobactérie rouge symbiotique ; la forme peut néanmoins varier : massive, lobée ou encroûtante ; le squelette très élastique est composé de spongine ; fréquente les fonds rocheux et les crevasses, mais peut aussi se trouver sur des coquillages ; on la trouve parfois recouverte de vase ou d'autres corps étrangers comme du sable



Irciniidae


Eponges massives de différentes formes. Surface généralement compressible mais dure. Fibres de spongine pour le squelette.

Ircinia oros
Ircinia oros - Ircinie sombre - Corse

éponge massive en forme de boule de 15 cm en moyenne ; surface hérissée de micro-conules ; larges oscules bordés d'un anneau noir ; couleur gris foncé ; c'est une espèce endémique de Méditerranée que l'on trouve dans plusieurs biotopes : herbiers de posidonies ou fonds rocheux en zones sciaphiles (ombragées) ; elle n'a pas de spicules mais peut en incorporer à son squelette à partir d'autres éponges ; pour se protéger, elle sécrète une substance chimique qui repousse les poissons qui voudraient potentiellement la goûter ; de plus sa chair est très tenace et difficile à déchirer

Sarcotragus spinolosus
Sarcotragus spinolosus - Ircinie noire épineuse - Corse

éponge massive et sphérique pouvant dans certains cas atteindre le mètre de diamètre, avec de nombreux conules (petits piquants) de 1 à 2 mm de diamètre ; plusieurs oscules ; couleur noire ; comme les autres espèces de la famille, cette éponge ne possède pas de spicules mais en incorpore d'autres espèces afin d'édifier son squelette ; elle est généralement libre de tous organismes épizoaires qui pourraient s'installer sur elle



Thorectidae


Les 129 espèces de cette famille sont de forme très variable, et on les retrouve dans toutes les mers et océans du monde, excepté aux Pôles. Absence des fins filaments squelettiques qui caractérisent les Irciniidae.

Carteriospongia foliascens
Carteriospongia foliascens - Bali

belle éponge d'une vingtaine de centimètres de diamètre en forme de coupe ; couleur beige avec une marge blanche parfois peu visible ; les oscules sont répartis sur toute la surface de la coupe ; la surface présente une succession de crêtes 


Porifera Demospongiae Haplosclerida


Ordre de 6 familles d'éponges essentiellement marines, mais également d'eau douce. Leur squelette est formé de spicules qui s'arrangent en un réseau de mailles polygonales, parfois renforcé par de la spongine.


Chalinidae


Plusieurs centaines d'espèces dans le monde. Se différencient des autres familles par le nombre et la forme des spicules.

Haliclona fascigera
Haliclona fascigera - Lombok

éponge magnifique en forme de longs tubes présentant une large ouverture cloacale ; certains de ces tubes possèdent une base commune ; couleur bleu à mauve ; absence de conules à la surface, qui est lisse avec quelques renflements espacés de manière irrégulière ; à l'intérieur du tube, les pores exhalants mènent au cloaque



Petrosiidae


Les éponges de cette famille sont souvent de grande taille, et certaines sont en forme de gros vase. La texture de ces éponges est généralement pierreuse (d'où le nom de la famille) et cassante car la plupart des espèces ont plus de spicules que de spongine. On retrouve les spicules sur la couche externe des éponges, ce qui forme un motif de lignes entrelacées ressemblant à un filet et crée une croûte qui donne à l'animal un aspect lisse. 

Petrosia ficiformis
Petrosia ficiformis - Eponge-pierre - Corse

forme massive, irrégulière et lisse ; couleur rose plus au moins intense due à l'association avec des cyanobactéries photosynthétiques (ce n'est pas une symbiose car l'éponge dévore les algues) ; consistance dure et cassante ; oscules circulaires : espèce de Méditerranée ; elle peut s'étendre sur un m2 environ ; son principal prédateur est un célèbre nudibranche, Peltodoris atromaculata (voir page des limaces des mers), le Doris dalmatien, qui en fait son repas quotidien, laissant apparaître la chair blanche interne de l'éponge qui, ceci dit, va vite se régénérer

Xestospongia testudinaria
Xestospongia testudinaria - Bali

immense éponge baril pouvant atteindre les 2 mètres de hauteur ! ; couleur marron à rose ; base commune lorsqu'il y a plusieurs individus ; nombreuses crêtes extérieures verticalesvu leur taille, ces éponges jouent un rôle écologique important en filtrant de très grandes quantités d'eau durant leur très longue vie (2000 ans pour les plus anciennes...), ce qui permet d'améliorer la clarté de l'eau, de contrôler la prolifération des algues ; elles servent également d'habitat à de nombreux animaux, invertébrés ou poissons


Phloeodictyidae


Les espèces de cette famille se présentent généralement comme des tubes, une adaptation à leur habitude de creuser ou de s'enterrer dans leur substrat. 

Oceanapia isodictyiformis
Oceanapia isodictyiformis - Eponge fistule blanc fauve - France 34

éponge à base encroûtante fauve et à fines fistules blanches, ces digitations ne dépassant pas les 5 cm de haut ; sur certaines fistules, quelques bourgeons peuvent se développer, et deux ou trois rameaux peuvent apparaître ; c'est au sommet des tubes que l'eau filtrée ressort, étant préalablement rentrée par les mini pores agencés sur les parois ; elle préfère largement les milieux confinés comme les étangs salés ou les estuaires (ici à Thau dans l'Hérault) 



Porifera Demospongiae Poecilosclerida


De loin l'ordre le plus important des démosponges, avec plus de 2200 espèces et 25 familles. Ils se caractérisent par la forme de leurs spicules qui ressemblent à une pelle en leur extrémité. Ce sont des animaux vivipares qui donnent naissance à des larves ciliées. 


Crambeidae

Crambe crambe
Crambe crambe - Eponge encroûtante orange rouge - Corse

se présente comme une plaque mince de couleur orange foncé ; nombreux oscules de grande taille à la surface ; réseau de canaux exhalants parfaitement visibles et conduisant l'eau filtrée aux oscules ; c'est une espèce qui ne fuit pas la lumière, et que l'on peut rencontrer en Méditerranée dès 1 mètre de profondeur, le plus souvent sur un substrat dur, mais également sur les rhizomes de posidonies ou même sur la coquille de mollusques ; cette éponge est toxique pour de nombreuses espèces qui seraient tentées de s'en approcher ; c'est une espèce hermaphrodite à reproduction sexuée dont les larves nageront librement grâce à leurs cils avant de se fixer sur un nouveau support

Crellidae


Crella rosea

Crella rosea - Crellie rose - Corse

éponge encroûtante assez épaisse, de couleur rose saumon, pouvant atteindre 30 cm de diamètre ; contour irrégulier ; canaux aquifères sombres bien visibles courant sous la surface ; oscules au rebord blanc et de petite taille (1 à 2 mm de diamètre) ; petits cratères inhalants éloignés les uns des autres, aménageant des zones lisses sur la surface de l'animal ; espèce de l'ombre, elle recherchera les surplombs ou les grottes, surtout par petits fonds 


Hymedesmiidae


Hemimycale columella
Hemimycale columella - Eponge à cratère - Corse

forme revêtante ou en coussin d'un centimètre, à la consistance molle ; grands cratères bordés de blanc, comprenant les pores inhalants microscopiques (ostioles) et regroupés entre eux ; les oscules sont petits, de 1 à 4 mm de diamètre, et sont protégés par une membrane perforée faisant office de filtre ;  couleur rosée ; habite les zones rocheuses exposées à la lumière et bien oxygénées

Phorbas tenacior
Phorbas tenacior - Eponge encroûtante bleuâtre - Corse

éponge encroûtante immanquable ; couleur bleue ; consistance molle ; ostioles regroupés dans des tamis, comme tous les membres de cette famille ; gros oscules surélevés en forme de cratère ; canaux exhalants très visibles ; vivant en Méditerranée, cette éponge est sciaphile et se rencontrera donc sous des surplombs rocheux ou dans des grottes ; se nourrit comme toutes les éponges de micro-organismes planctoniques ; les larves sont rejetées dans la colonne d'eau et iront se fixer sur un substrat dans le cas d'une reproduction sexuée, mais la reproduction asexuée est également possible, puisqu'un fragment d'éponge donnera naissance à un nouvel individu



Porifera Demospongiae Suberitida


Ordre de 500 espèces en 3 familles.


Halichondriidae

Squelette constitué de faisceaux denses de spicules se produisant dans un schéma plus ou moins aléatoire.

Halichondria bowerbanki
Halichondria bowerbanki - Halicondrie cierge - France

espèce qui peut varier énormément, de fine à massive en forme de coussin, avec de nombreuses extensions en forme de branches ou d'épis ; extrémité des rameaux aplatie en forme de spatule ; les oscules sont situés le long des branches ; couleur variant du crème au chamois, colorée par des algues symbiotes ; apprécie les endroits turbides et vaseux

Hymeniacidon perlevis
Hymeniacidon perlevis - Eponge-miette de pain - France 34

couleur jaune pâle à rouge sang; en forme de coussin, mais très polymorphe avec, en zone abritée, de nombreuses expansions souvent couvertes de sédiments et ressemblant à de petites cheminées au sommet desquelles on voit les oscules ; c'est une éponge résistante à de nombreux changements de température et de salinité, ainsi qu'à la qualité de l'eau


Suberitidae


Terpios gelatinosus
Terpios gelatinosus - Eponge encroûtante bleue - Corse

petite éponge encroûtante de couleur jaune, due à la présence de pigments, mais que l'on rencontre souvent avec un magnifique bleu nuit dû à la présence d'algues symbiotiques ; occupe quelques cm2 sur le substrat ; la surface est lisse, et la consistance gélatineuse ; les contours sont irréguliers et épousent la forme du rocher ; oscules microscopiques invisibles à l'oeil nu ; elle se rencontre dès la surface, dans la limite inférieure de la zone des marées, sous les pierres, et jusqu'à une quarantaine de mètres


Porifera Calcarea Clathrinida


Les éponges de la classe des Calcarea sont caractérisées, comme leur nom l'indique, par des spicules constitués de carbonate de calcium sous forme de calcite ou d'aragonite ; toutes les espèces sont marines et la plupart se retrouvent dans les eaux tropicales peu profondes. 

Quant à l'ordre des Clathrinida, il est composé d'éponges formées d'un réseau de tubes calcaires souples entremêlés, et de consistance gélatineuse. 


Clathrinidae


Clathrina rubra
Clathrina rubra - Clathrine orange - Corse

petite éponge encroûtante pouvant s'étendre sur 4 à 5 cm2 ; forme un amas de tubes enchevêtrés terminés par des oscules (d'un diamètre de 1 mm) ; couleur orange à rouge ; squelette constitué de spicules calcaires ; c'est une espèce assez peu fréquente que l'on peut trouver jusqu'à 20 mètres de profondeur dans les zones rocailleuses et sur les coquillages et cailloux




Porifera Calcarea Leucosolenida


L'ordre des Leucosolenida est composé de neuf familles. Toutes ces éponges sont constituées de spicules calcaires libres.

Sycettidae

Famille comprenant des éponges assez célèbres, les sycons, qui sont de petites outres de 1 à 7 cm en forme de tube et souvent de couleur blanchâtre. Leur grande capacité de filtration en font des habitants fréquents des aquariums, d'autant qu'ils sont facilement transportés sans le vouloir, accrochés à des algues ou des pierres. Ce sont les éponges parmi les plus élémentaires de l'évolution, avec de multiples pores inhalants autour du corps permettant à l'eau de pénétrer. Un unique siphon exhalant, l'oscule, se trouve au sommet. 

Sycon ciliatum
Sycon ciliatum - Eponge petit-oeuf - France 35

petite outre cylindrique terminée en son sommet par un collier de spicules rayonnants entourant l'oscule ; surface granuleuse de couleur blanchâtre ; petite taille, 5 cm au maximum ; plusieurs individus sont parfois accrochés par la base ; on la trouve dès la zone de marées dans les laisses d'eau, aimant s'accrocher aux stipes de laminaires 


[full_width]



Porifères (éponges) Porifères (éponges) Reviewed by RENOULT on 18 janvier Rating: 5

Aucun commentaire: